Zurich: Pédagogue abuseur: une enquête est ouverte
Actualisé

ZurichPédagogue abuseur: une enquête est ouverte

L'instruction publique veut faire la lumière sur les révélations d'un ancien élève d'un célèbre enseignant suisse alémanique.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Keystone

Le département zurichois de l'instruction publique ouvre une enquête suite aux reproches d'abus sexuels contre un célèbre pédagogue alémanique. Un expert indépendant est chargé d'examiner la situation juridique des cours pour élèves en difficulté au moment où ont été commis les abus.

L'avocat Michael Budliger, basé à Zurich, a été chargé de l'enquête par la directrice de l'instruction publique du canton de Zurich Silvia Steiner. L'avocat est expert en matière de législation scolaire, a indiqué mardi le département cantonal de l'instruction publique dans un communiqué.

Prescriptions légales

Dans un premier temps, l'expert devra examiner la situation juridique des cours et des mesures pédagogiques de soutien pour les élèves en difficulté. Il devra ensuite déterminer si les prescriptions légales ont été respectées par les autorités et les personnes impliquées dans ces cours.

Au début du mois d'avril, un ancien élève du pédagogue a publié un livre dans lequel il reproche au pédagogue réputé d'avoir abusé de lui, il y a plusieurs décennies, dès l'âge de 12 ans. Interrogé par les médias sur ces révélations, le spécialiste a avoué avoir eu des contacts sexuels avec des élèves dans les années 1970.

Faits prescrits

Du point de vue juridique, les faits sont prescrits. La justice zurichoise a tout de même décidé de se pencher sur l'affaire. Le Ministère public a ouvert une procédure d'enquête préalable contre le pédagogue. La procédure doit permettre de clarifier si le pédagogue a commis d'autres infractions qui ne sont pas encore prescrites.

A mi-avril, la police cantonale et le Ministère public zurichois ont mené une perquisition au domicile du pédagogue. Du matériel pouvant servir de preuve a été saisi. L'ex-enseignant a été convoqué pour un interrogatoire. Il n'a toutefois pas été interpellé et ne fait l'objet d'aucun mandat d'arrêt. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion