Actualisé 24.03.2015 à 15:55

FrancePédophile récidiviste et directeur d'école

Un directeur d'une école primaire du sud-est de la France, soupçonné de viols sur mineurs, a été arrêté lundi.

Les parents et professeurs, qui ont appris à cette occasion qu'il avait déjà été condamné en 2008 pour des faits de pédophilie, sont consternés.

Le suspect, un père de famille de 45 ans dont l'identité n'a pas été révélé, nie les faits.

Selon une source judiciaire, l'enseignant aurait imposé «par surprise» des fellations à au moins deux de ses élèves dans le cadre de ce qu'il appelait «un atelier du goût», durant lequel les enfants, les yeux bandés, devaient identifier des «choses» qu'il leur faisait goûter.

Les faits incriminés se seraient déroulés derrière un paravent au fond d'une salle de classe de l'école située dans la localité de Villefontane, dans la région de Grenoble.

Alertés par les descriptions et plaintes de leurs enfants, les familles de deux élèves âgés de 6 ans et demi, avaient saisi la justice en fin de semaine dernière.

Pas d'interdiction d'exercer

Les faits de viols auraient été commis entre décembre et mars, selon les premiers éléments de l'enquête.

Les perquisitions au domicile du suspect où celui-ci a été interpellé, ont débouché sur la découverte d'images à caractère pédopornographique.

Le suspect avait déjà fait l'objet d'une condamnation pénale en 2008 pour recel d'images à caractère pédopornographiques, à six mois de prison avec sursis, avec obligation de soins et mise à l'épreuve. Aucune interdiction d'exercer un travail avec les enfants n'avait cependant été prononcée au moment de cette condamnation.

«Sous le choc»

Interrogée mardi, l'inspection d'académie du département de l'Isère a affirmé avoir tout ignoré de la condamnation du directeur de l'école. «Il n'y avait rien dans son dossier concernant cette condamnation, on l'a découvert hier (lundi)», a déclaré à l'AFP l'inspectrice d'académie, Dominique Fis.

«On a rencontré quelques parents, ils sont sous le choc, tout comme l'équipe enseignante», a-t-elle ajouté. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!