Euro 2016: Pedro déclenche un psychodrame en Espagne
Actualisé

Euro 2016Pedro déclenche un psychodrame en Espagne

L'attaquant de Chelsea a reconnu être contrarié par son statut de remplaçant. Il a dû venir s'excuser face à la presse.

Pedro s'est expliqué en conférence de presse (Lundi 20 juin 2016).

Pedro s'est expliqué en conférence de presse (Lundi 20 juin 2016).

photo: Keystone

L'attaquant Pedro Rodriguez vit «mal» son statut de remplaçant avec l'équipe d'Espagne et pourrait réfléchir à mettre fin à sa carrière internationale, a-t-il déclaré avant de devoir demander pardon, déclenchant un début de psychodrame autour de la «Roja» lundi en France.

Après une entame de tournoi quasi-parfaite, les Espagnols renvoyaient une image d'harmonie et de sérénité. Mais ils se sont heurtés à une polémique évitable à la veille de leur troisième match de poule mardi contre la Croatie à Bordeaux (21 heures), sorte de «finale» pour la première place du groupe D.

Départ à Chelsea raté

Dans une interview à la chaîne de télévision espagnole #0, Pedro, homme de base des sacres au Mondial 2010 et à l'Euro 2012, a reconnu être contrarié par son statut de remplaçant et se poser la question de son avenir en sélection.

«C'est difficile pour moi d'assumer ce rôle. Quand on n'a pas de continuité, cela ne vaut pas la peine de continuer à venir juste pour compléter le groupe, pour être avec les partenaires, même si je suis très à l'aise», a-t-il asséné.

Pedro (28 ans, 59 sélections) n'a été titulaire lors d'aucun des deux premiers matches de l'Espagne, remportés contre la République tchèque (1-0) et la Turquie (3-0). A chaque fois, le couloir gauche de l'attaque était occupé par l'ailier du Celta Vigo Nolito.

Depuis ses débuts en 2010, Pedro a souvent été un joueur fixe des rassemblements de l'Espagne et un protégé du sélectionneur Vicente del Bosque. Mais après son départ l'été dernier du FC Barcelone, son club formateur, pour Chelsea, l'attaquant a connu une saison médiocre.

«Je demande pardon»

Les déclarations du joueur originaire des Canaries ont déclenché un début de polémique en Espagne lundi et ont contraint Pedro à venir préciser sa pensée en conférence de presse de veille de match, alors qu'il n'était initialement pas annoncé. «Je ne regrette pas, si on me demande quel sera mon avenir en sélection, évidemment je répéterai la même chose, que j'ignore quelle continuité je peux avoir ici», a-t-il déclaré.

«Je suis très reconnaissant d'être ici et de faire partie de cette immense équipe. Cela fait déjà six ans que je suis en sélection et ce n'est en aucun cas une attaque contre l'entraîneur, comme j'ai pu l'entendre, ni une 'bombe', ni un 'couac'», a poursuivi Pedro, ajoutant qu'il ferait tout pour «aider le groupe» dans cet Euro. «Je ne comprends pas pourquoi cela a généré tout cela. (...) Si quelqu'un s'est senti offensé, je demande pardon», a-t-il dit.

«Trahi par son subconscient»

L'attaquant a ajouté s'être expliqué avec Del Bosque et ses partenaires. Ces derniers ont à leur tour tenté de dédramatiser l'affaire. «Je crois qu'il a été un peu trahi par son subconscient», a déclaré le sélectionneur. «Il a seulement mis en évidence le quotidien de ceux qui ne jouent pas et veulent jouer, rien de plus.»

Quant au défenseur Gerard Piqué, présent en conférence de presse aux côtés de Pedro, il a accusé les journalistes de donner trop d'importance à une simple «opinion». «C'est une opinion comme une autre. Vous deviez vous ennuyer, vous vous en saisissez et vous en faites une information dont on dirait qu'elle est capitale, mais ce n'est pas le cas. C'est une simple information, de la part d'un joueur qui ressent le besoin de participer davantage», a lancé le défenseur catalan.

«La sélection est une famille, on l'a montré sur la durée, et cela doit continuer comme cela», a-t-il conclu. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion