Différend fiscal: Peer Steinbrück s'efforce de baisser le ton
Actualisé

Différend fiscalPeer Steinbrück s'efforce de baisser le ton

Après des critiques acerbes lancées contre les paradis fiscaux, le ministre allemand des finances Peer Steinbrück va s'efforcer à une certaine retenue.

La droite au sein de la coalition gouvernementale lui a même enjoint de faire temporairement voeu de silence.

»Peer Steinbrück a pointé du doigt de manière très directe un problème, mais il n'était pas dans ses intentions de comparer des pays entre eux», a indiqué vendredi un porte-parole du ministère allemand des finances.

Mardi, le bouillant ministre socio-démocrate avait comparé le Luxembourg, mais aussi le Liechtenstein, la Suisse et l'Autriche au Burkina Faso pour leurs performances en matière de transparence bancaire et fiscale.

Le porte-parole du gouvernement, Ulrich Wilhelm, a souligné que l'ensemble du cabinet d'Angela Merkel était déterminé à lutter contre les paradis fiscaux mais que ce but pouvait être atteint «sans irritation».

La chancelière allemande, interrogée jeudi à Prague, a également indiqué qu'elle souhaitait maintenir de bonnes relations avec ses voisins. Elle se distanciait des attaques verbales à répétition de M. Steinbrück, en particulier contre la Suisse et le Liechtenstein.

Les propos de Peer Steinbrück n'ont pas seulement irrités les pays concernés mais aussi sa collègue de parti, Heidemarie Wieczek- Zeul, à la tête du ministère allemand du développement, qui a dénoncé des comparaisons blessantes pour le Burkina Faso.

(ats)

Ton opinion