Fribourg - Peine pour assassinat alourdie en appel
Publié

FribourgPeine pour assassinat alourdie en appel

L’homme qui a sauvagement tué une femme et déplacé le cadavre dans une valise devra purger 17 ans de prison, au lieu des 16 ans dont il avait écopé en première instance.

par
Xavier Fernandez
Les juges ont suivi le Ministère public.

Les juges ont suivi le Ministère public.

AFP

Mardi, le Tribunal cantonal de Fribourg a rejeté l’appel de l’homme qui avait assené une vingtaine de coups de couteau à une prostituée et déplacé le corps de sa victime dans une valise. Autrement dit, il n’a pas accepté de requalifier l’assassinat en meurtre. «Certes, aucun élément ne permet de retenir qu’il a agi avec préméditation. Toutefois, il a tué avec une absence particulière de scrupules. La sauvagerie, l’acharnement et la violence dont il a fait preuve face à une femme sans défense, nue, prise par surprise et qui n’avait pas la moindre chance de s’en sortir attestent de la cruauté et de la perfidie de son comportement», estime-t-il.

La décharge émotionnelle violente, couplée à une consommation de drogues, invoquée par la défense n’a pas fait de différence. «Les capacités cognitives du prévenu n’ont pas été altérées», soulignent les juges. Et la condamnation pour atteinte à la paix des morts aussi a été maintenue. «Il n’a pas simplement déplacé le corps. Il l’a fait dans des conditions qui constituent une profanation», considèrent-ils.

Recours au Tribunal fédéral envisagé

Si la défense a été déboutée sur toute la ligne, il n’en va pas de même pour le Ministère public, qui a obtenu un alourdissement de la peine. Elle est passée de 16 ans à 17 ans de prison. «Que le jugement de première instance soit confirmé, c’est une chose. Qu’il soit aggravé, on ne s’y attendait pas du tout. On va étudier l’opportunité de faire recours au Tribunal fédéral», annonce l’une des deux avocates du prévenu, Me Berta Casas Rochel.

Et le procureur de rappeler: «S’il n’y avait pas eu d’appel, il n’y aurait pas eu d’aggravation, puisque l’appel joint du Ministère public se greffe sur l’appel principal. Le jugement rend justice à la victime. Les faits ont été commis avec une intensité particulière, qui justifie cette peine lourde mais proportionnée. Et il ne faut pas oublier qu’il a aussi été condamné pour trafic de drogues. On parle de grandes quantités. Comme l’a dit l’accusé: à l’époque, il arrosait sa région. À lui seul, ce trafic pourrait valoir 30 mois de prison à un dealer.»

Ton opinion