Actualisé 17.01.2013 à 12:03

Genève

Peine réduite pour le «couple infernal»

La Chambre d'appel n'a pas confirmé jeudi les peines de perpétuité à l'encontre des assassins de Loreidy (photo). Ce couple diabolique écope de 20 ans de prison chacun.

de
Henri Della Casa
La jeune Loreidy, 20 ans, a été tuée en novembre 2007.

La jeune Loreidy, 20 ans, a été tuée en novembre 2007.

La Chambre pénale d'appel et de révision a condamné jeudi matin les deux assassins de la jeune Loreidy à 20 ans de prison ferme. Par deux fois, M. et A., âgés de 29 et 32 ans, s'étaient vus infliger une sentence maximale pour «le pire crime commis à Ge­nève ces quinze dernières années», selon les mots du procureur Yves Bertossa.

Avocate de A., Me Yaël Hayat a parlé «d'une peine qui a un visage plus humain». Si les juges ont dressé une motivation de peine qui semblait accablante pour les deux accusés, ils ont toutefois retenu l'enfance difficile de la femme ainsi que sa prise de conscience depuis les faits. «On ne peut pas se réjouir de quoi que ce soit, compte tenu des circonstances, a affirmé Me Vincent Spira, défendant lui aussi A. Mais il faut saluer le courage des juges qui ont su se déjuger».

Entière liberté d'agir

Le jeune âge de M. au moment de leur acte, ainsi que son trouble de la personnalité et son enfance difficile en Angola lui ont pour sa part valu la même réduction de peine.

Etrangement quand même, la Cour a rappelé que si la guerre a pesé sur la psyché de M., «force est de constater qu'il est arrivé en Suisse à l'âge de 9 ans», et que cet électricien s'est bien intégré.

Revenant sur la nuit de l'assassinat, le juge a expliqué que les deux condamnés ont agi de manière froide, lucide et déterminée. «Leur liberté d'agir était entière». Le comportement après la mort de Loreidy de ce couple au lien pathologique a enfin été qualifié d'impitoyable.

Reste que le risque de récidive pour les deux individus, qui pourraient bénéficier d'une libération conditionnelle dans 7 ans au minimum, est considéré comme quasi-nul.

Piège diabolique

En octobre dernier, le Tribunal fédéral avait annulé le premier verdict de peine, arguant qu'il n'était pas suffisamment motivé. La culpabilité des assassins n'était elle pas remise en cause.

Détenus à Bochuz et à Genève, ce couple infernal, parents d'un ­petit garçon aujourd'hui âgé de 6 ans, avait été reconnu coupable d'avoir tendu un piège diabolique à Loreidy, alors enceinte. Après l'avoir étranglée et tuée dans une voiture à Vernier en novembre 2007, ils ont brûlé son corps, recouvert celui-ci de chaux avant de l'enterrer dans une forêt du côté de Fribourg.

Réagissant à cette nouvelle décision, le procureur Yves Bertossa, qui avait requis une confirmation de la perpétuité, a estimé que cette peine de 20 ans n'est pas négligeable: «Il s'agit là de la peine maximale de durée déterminée, dans la loi».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!