BVK: Peines avec sursis requises pour corruption
Actualisé

BVKPeines avec sursis requises pour corruption

Le Ministère public requiert des peines de prison avec sursis contre deux mandataires accusés d'avoir soudoyé l'ex-chef des placements de la BVK pour se maintenir malgré leur mauvais rendement.

Deux personnes sont jugées pour corruption.

Deux personnes sont jugées pour corruption.

Le cadre supérieur de la BVK se serait laissé corrompre pour un montant de 1,7 million de francs entre 2000 et 2010. Il a comparu en juillet dernier pour corruption, gestion déloyale, de blanchiment d'argent et de violation du secret de fonction. Le jugement n'a pas encore été prononcé.

Contrairement au chef des placements, l'un des deux accusés qui a comparu mercredi devant le Tribunal de district de Zurich a lui d'ores et déjà été condamné en juillet. Cet ancien pilote de ligne âgé de 47 ans a écopé de 20 mois de prison, dont 10 ferme, pour gestion déloyale. Il est toutefois resté libre en raison des 15 mois qu'il a passé en détention provisoire.

Enveloppes et cadeaux

Enveloppes remplies d'argent, vacances à Majorque, invitations dans des restaurants de luxe, les cadeaux se sont avérés efficaces, selon le procureur: amis du chef des placements de la BVK, les deux responsables de sociétés d'investissement mandatées par la caisse de pension ont été défendus par tous les moyens à l'interne par le cadre supérieur alors que les placements opérés étaient erronés.

L'attribution même de leur mandat s'avère plus que douteuse, selon l'accusation. L'ancien pilote et l'ami d'études du chef des placements, âgé de 57 ans, ne présentaient aucune expérience à succès permettant de leur attribuer des mandats lucratifs. Ils venaient de se mettre à leur compte.

Sans surprise, les résultats n'ont pas suivi. Le camarade d'études n'a obtenu des résultats concluants que durant la première année. Pourtant, il a pu compter durant cinq ans sur des mandats auprès de la BVK.

Ministres mis au courant

La société de révision qui vérifiait les investissements de la BVK a recommandé que le contrat avec lui soit rompu pour son mauvais rendement. En vain, l'ex-chef des placements ayant obtenu le renouvellement du mandat alors même que le directeur cantonal des finances de l'époque Hans Hollenstein (PDC) avait été informé des problèmes liés à la société d'investissement infructueuse.

La firme de l'ancien pilote de ligne a elle aussi continué à obtenir des mandats lucratifs malgré des résultats décevants. L'ex- chef des placements de la BVK a même rédigé en 2008 un rapport de 30 pages en sa faveur. Il a adressé ce document à Ursula Gut (PLR), successeur de Hans Hollenstein.

Ce rapport était rempli de détails déroutants, de mensonges et de demi-vérités, estime le procureur. Il désavoue même de manière ciblée la société de révision qui concluait à un cas de favoritisme.

Pour le procureur, les amis du chef des placements ont donc clairement profité de manière directe de leur relation avec ce dernier. Il a requis deux ans de prison avec sursis contre l'ancien camarade d'études et 16 mois avec sursis contre l'ex-pilote de ligne.

«De nature purement privée»

Tous deux ont contesté devant le tribunal avoir soudoyé leur ami. Leurs cadeaux sont restés «de nature purement privée», ont-ils dit. L'ancien pilote a affirmé avoir aidé le chef des placements dans le financement de ses vacances tout en admettant qu'il s'agissait d'une erreur.

«Je sentais qu'il n'allait pas bien sur le plan financier», a pour sa part invoqué le camarade d'études. Le procès se poursuit jeudi avec les plaidoiries de la défense. Le jugement sera en principe rendu le 28 novembre prochain.

Le prévenu âgé de 47 ans est accusé d'avoir soudoyé l'ancien responsable des placements de la BVK en lui payant notamment des vacances de golf à Majorque. Il aurait pour sa part encaissé 10 millions de francs de commissions pour les affaires effectuées au nom de la BVK.

(ats)

Ton opinion