Actualisé 13.07.2016 à 10:15

Tribunal fédéral

Peines confirmées pour deux violeurs d'une ado

Une jeune fille avait été violée en 2008 dans le canton de Fribourg. Ses agresseurs ont été condamnés à de la prison ferme.

photo: AFP/ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION

Deux hommes qui avaient abusé d'une adolescente de quinze ans à Estavayer-le-Lac (FR), en 2008, sont définitivement condamnés pour viol, contrainte sexuelle et actes d'ordre sexuel avec des enfants. Ils écopent de peines de quatre ans et trois ans et demi de prison.

Dans un premier temps, la justice fribourgeoise les avait acquittés des infractions de viol et de contrainte sexuelle. Sur recours de la victime et du Ministère public du canton de Fribourg, le TF avait annulé cette décision.

Il avait jugé que le Tribunal cantonal fribourgeois avait versé dans l'arbitraire en ne tenant pas compte de la parole de la victime, dont la fiabilité était établie par une expertise. Il ressortait clairement d'une audition de l'adolescente qu'elle avait clairement montré son opposition à tout acte sexuel avec les deux hommes.

Emmenée dans un appartement

Les deux violeurs, l'un serbe et l'autre kosovar, avaient respectivement 26 et 21 ans au moment des faits. Au terme d'une sortie avec l'adolescente, qui résidait dans une institution, les deux hommes l'avaient emmenée dans l'appartement de l'un d'eux. Pendant plus d'une heure, ils avaient abusé de l'adolescente, quelques jours avant son quinzième anniversaire. La jeune fille avait déposé plainte sur conseil du directeur de son foyer, à qui elle avait raconté ce qui s'était passé.

Dans deux arrêts diffusés mercredi, le TF confirme un nouveau verdict du Tribunal cantonal, rendu en janvier dernier. Il souligne la gravité de la faute des deux hommes et leur refuse l'octroi d'un sursis partiel.

Jeune fille fragile

Pendant plus d'une heure, les deux ont abusé sexuellement à plusieurs reprises d'une jeune fille fragile, relève l'instance fédérale. Cette dernière leur reproche d'avoir «privilégié la satisfaction de leurs pulsions sexuelles sans tenir compte de l'impact de leur comportement sur la victime». (arrêts 6B_153/2016 et 6B_246/2016 du 14 juin 2016) (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!