Yverdon-les-Bains (VD): Peines confirmées pour quatre émeutiers
Actualisé

Yverdon-les-Bains (VD)Peines confirmées pour quatre émeutiers

La Cour d'appel du Tribunal cantonal a confirmé la culpabilité des jeunes qui avaient affronté la police en 2009.

par
Christian Humbert

Ils étaient neuf - sur une cinquantaine de protestataires - à comparaître en mars-avril dernier devant le tribunal correctionnel du Nord vaudois. Ils devaient y répondre d'émeute, et de violences contre les fonctionnaires de police, bombardés de glaçons. La procureure Myriam Bourquin avait requis des peines de six mois de prison ferme contre six d'entre eux, de seize mois ferme contre un récidiviste, une peine avec sursis contre un huitième individu et abandonner l'accusation contre le dernier prévenu. Les juges s'étaient montrés moins sévères. Ils ont condamné huit jeunes à des peines de six à huit mois de prison et à des jours-amende, tous avec sursis.

L'enjeu était important pour plusieurs d'entre eux, étrangers au statut pas définitif. Quatre condamnés ont contesté la sentence jeudi au Tribunal cantonal, alourdissant la facture à la charge de l'Etat. Rendu public lundi, le verdict est le même que lors du premier procès. Toutes les peines ont été confirmées, déboutant autant la procureure que les auteurs.

Ces derniers avaient réclamé leur acquittement tandis que la procureure confirmait sa volonté d'en voir trois condamner à des peines de 12 à 14 mois de prison, dont la moitié sans sursis de 5 ans. La procureure écartait la responsabilité du quatrième recourant contre lequel elle ne réclamait aucune sanction.

Sans contester que les événements de 2009 ont été déplorables, les avocats ont estimé en chœur que les témoignages de gens avinés sont peu précis, voire faux. Et si l'un des émeutiers présumés a admis sa participation, «c'était pour couvrir un ami déjà condamné. Tout juste peut-on lui reprocher une induction de la justice en erreur qu'il faudrait instruire.» Me Véronique Fontana, avocate de l'un des condamnés déboutés, va saisir le Tribunal fédéral.

Ton opinion