Actualisé 31.10.2018 à 20:10

Genève

«Pékin sent la saumure et l'échalote, c'est affreux»

Une expo simule l'air vicié de grandes capitales. Elle fait écho au rapport alarmant de l'OMS sur le sujet.

de
Lucie Fehlbaum
Chaque dôme simule la pollution de lair de grandes capitales mondiales.

Chaque dôme simule la pollution de lair de grandes capitales mondiales.

lfe

Tenté par un petit coup d'air pollué chinois ? Les «Pollution Pods», installation à la croisée de l'art et de la science, sont installés Place des Nations jusqu'au 2 novembre. Cinq dômes liés entre eux reproduisent l'état de l'air dans cinq villes du monde. La balade commence par une inspiration de l'air côtier norvégien, ultra pur, et se poursuit à travers Londres, New Delhi, San Paolo et Pékin. Odeur, chaleur, humidité et gorge qui pique: la simulation est bluffante.

Les produits utilisés sont sans danger. «J'ai travaillé avec une entreprise qui fabrique des parfums et des arômes, révèle Michael Pinsky, l'artiste créateur des «Pods». Les spécialistes qui ont travaillé avec moi viennent tous des villes représentées.» Des appareils jouent avec l'humidité et la température pour parfaire l'illusion.

Air irrespirable

«Je n'arrive pas à respirer à New Delhi, ça me gratte, peste Luke, un visiteur. C'est très impressionnant.» De son côté, Emily tente de déceler les différents parfum. «Pékin sent la saumure et l'échalote, c'est irrespirable et affreux!»

L'expo ambulante fait écho à la première Conférence de l'OMS sur la pollution de l'air, qui s'achève jeudi. «Dans le monde, 93% des enfants habitent des endroits beaucoup trop pollués, explique Marie-Noel Brune-Driss, experte en santé des enfants et en environnement à l'OMS. Une mort sur 10 chez les enfants de moins de 5 ans est liée à la pollution de l'air.»

Grave impact sur les enfants

Dans son rapport publié lundi, l'OMS affirme que la santé des plus jeunes est impactée par la pollution de l'air, en ville, dans les zones rurales et dans les maisons, causant des infections respiratoires. «La pneumonie est la deuxième maladie la plus mortelle pour les enfants, indique Marie-Noel Brune-Driss. La moitié des pneumonies est causée par la pollution de l'air. Elle impacte aussi le développement du cerveau. Et nous avons trouvé un lien entre cette pollution et certains cancers chez les enfants, comme la leucémie.»

La Conférence accueille spécialistes et politiques. «Nous soulignons dans notre rapport plusieurs mesures pour influencer des politiques plus saines et diminuer cette contamination de l'air. Les Maires et les décisions qu'ils prennent au niveau local sont nos nouveaux ministres de l'écologie. Nous espérons des prises de décisions globales et locales.»

Politique plus saine

"Dans certains pays d'Afrique et d'Asie du Sud-Est, la cuisine se fait par combustion de bois ou de biomasse. La quantité de fumée générée dans la maison peut être 100 fois supérieure à ce qui est recommandé par l'OMS en terme de contamination", affirme Marie-Noel Brune Drisse, experte à l'OMS. Plusieurs ONG s'occupent d'opérer une transition énergétique saine, avec l'électricité ou le gaz naturel notamment. "Dans les villes, les émissions proviennent du trafic, de l'industrie et des brûleurs de déchets. Il y a pleins de mesures à prendre pour mettre en place des politiques plus verte et plus saines dans tous les cas." Dans les villes où cela a été fait, les maladies respiratoires sont en nette baise.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!