Actualisé 26.03.2020 à 13:58

Coronavirus en Italie

Pensant avoir propagé le virus, une infirmière se tue

Une jeune femme de 34 ans a mis fin à ses jours à Monza (I). Elle avait été testée positive au coronavirus et se sentait coupable d'avoir peut-être transmis la maladie.

de
joc

L'hôpital San Gerardo de Monza (Lombardie) pleure la mort d'une de ses infirmières. Daniela Trezzi, 34 ans, a mis fin à ses jours en début de semaine, a annoncé la Fédération nationale des infirmiers d'Italie (Fnopi). «Nous exprimons toute notre douleur et notre consternation à la nouvelle qu'une jeune collègue ne s'en est pas sortie. Et les 450'000 professionnels en Italie s'unissent de toutes leurs forces autour de la famille, des amis et des collègues», peut-on lire dans un communiqué.

En première ligne face à l'afflux continu de malades dans son service des soins intensifs, Daniela subissait un stress et une fatigue intenables. À force d'être exposée, l'infirmière a fini par contracter le coronavirus, ce qui l'aurait poussée à commettre l'irréparable. C'est du moins ce que pensent les collègues qui ont côtoyé la jeune femme dans les derniers jours de sa vie.

Un autre cas à Venise

Après son test positif, l'Italienne a été placée en quarantaine et a fait part de sa «grande angoisse à l'idée d'avoir infecté les autres», explique la Fnopi. Les raisons précises du geste de Daniela n'ont pas été établies. Selon la fédération, une autre infirmière a mis fin à ses jours la semaine dernière à Venise, dans des circonstances similaires. Il s'agit d'une femme de 49 ans, qui s'est jetée dans la Piave.

Fataliste, la fédération s'attend à devoir déplorer d'autres suicides dans la profession. «Maintenant, tout le monde peut voir les conditions et le stress auxquels sont soumis nos professionnels et ce qui aurait pu être fait en des temps plus calmes. (...) Nous en reparlerons lorsque l'urgence sera passée. Là, ce n'est pas le moment. Là, c'est le moment de pleurer ceux qui ne s'en sont pas sortis», conclut la Fnopi.

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!