Médicaments: Pénurie de traitements contre les allergies
Actualisé

MédicamentsPénurie de traitements contre les allergies

La Fédération romande des consommateurs (FRC) sonne l'alerte et dénonce des situations de quasi-monopole.

photo: Keystone/ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION

Les patients allergiques pourraient bientôt faire les frais d'une pénurie de médicaments utilisés en immunothérapie pour les désensibiliser.

Le laboratoire français spécialisé Stallergenes a en effet dû suspendre sa production, et de nombreux patients en Suisse risquent de se voir privés de leurs traitements de désensibilisation, a indiqué la FRC dans un communiqué. Ces préparations sont administrées par voie injectable ou sublinguale aux personnes allergiques aux pollens ou aux acariens, par exemple.

Or, selon la FRC, Stallergenes, présent dans 75 pays, détient le quasi-monopole sur la production de ces traitements. L'organisation de défense des consommateurs s'insurge contre cette situation, ainsi que contre les «trop fréquentes situations de monopole observées au sein du secteur de l'industrie pharmaceutique».

Cheffe de clinique en immunologie au CHUV de Lausanne, Felicitas Langner a confirmé à l'ats cette problématique. Il ne s'agit certes pas de médicaments vitaux, mais c'est «un grand problème pour les patients en désensibilisation».

Doses réduites

«Nous avons déjà réduit les doses afin de pouvoir tenir plus longtemps et nous espérons être livrés en février-mars», a poursuivi la spécialiste, qui indique toutefois n'avoir aucune confirmation écrite du fournisseur. Il existe des produits de substitution, mais pour une palette moins large d'allergènes. Au CHUV, une soixantaine de patients sont potentiellement concernés.

Qualifiant la situation d'«inadmissible», la FRC note que le succès d'une désensibilisation dépend de la régularité de l'immunothérapie. Les patients doivent en effet se rendre chaque semaine durant les trois premiers mois de traitement chez l'allergologue pour subir des injections, puis mensuellement durant des années.

Plate-forme fédérale

D'autres médicaments plus essentiels pourraient aussi faire pénurie. En 2012, une rupture d'approvisionnement de traitement contre le cancer avait fait les gros titres de la presse. L'an dernier, le Conseil fédéral a institué une plate-forme d'information et de coordination à ce sujet, avec obligation d'annonce pour les fabricants.

Il notait que des ruptures de stock sont régulièrement constatées en Suisse malgré une industrie pharmaceutique performante et un système fiable de distribution. Elles affectent principalement les préparations hospitalières et un tiers concernent des produits indispensables en santé publique.

Depuis le 1er octobre dernier, les entreprises pharmaceutiques sont obligées d'avertir la plate-forme lorsqu'un médicament «vital et critique» n'est pas disponible en certaines quantités pendant plus de 14 jours. Un comité d'experts appartenant à plusieurs disciplines décide des mesures à prendre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion