Téléphonie: Performance en repli pour Salt en 2015
Actualisé

TéléphoniePerformance en repli pour Salt en 2015

A l'issue d'un exercice 2015 mouvementé, Salt a vu sa rentabilité fondre.

L'opérateur a un nouveau patron.

L'opérateur a un nouveau patron.

photo: Keystone

L'opérateur mobile vaudois, qui a changé de propriétaire et de directeur général, a vuses revenus et sa rentabilité se contracter l'an passé. L'effectif de l'ex-Orange (Suisse) s'est aussi réduit.

Le chiffre d'affaires a fléchi de 2,4% au regard de 2014 à 1,28 milliard de francs, écrit jeudi l'opérateur mobile établi à Renens et numéro trois des télécommunications en Suisse, derrière Swisscom et Sunrise. Salt relève avoir évolué dans un environnement compétitif «impitoyable», alors que le marché demeure figé en raison de la prédominance de l'opérateur historique, Swisscom, avec une part de 60%.

La diminution des revenus s'explique principalement par la baisse du nombre d'abonnés ainsi que du chiffre d'affaires moyen par client. A fin décembre, Salt recensait 2,02 millions de clients, un nombre en contraction de 6,6% sur un an.

Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA), ajusté des éléments exceptionnels, a reculé de 4,9% à 412,5 millions. Salt explique notamment le repli à des dépenses d'exploitation indirectes supplémentaires liées notamment à la «transformation mal gérée des systèmes informatiques» en 2014.

Factures erronées

Pour mémoire, l'opérateur, qui portait alors le nom d'Orange, avait envoyé à plusieurs milliers d'abonnés des factures erronées, après l'adoption d'un nouveau système de facturation. Les rabais octroyés par la suite et les retards de paiements ne sont pas restés sans effet au niveau financier.

Le phénomène, qui s'est aussi accompagné de procédures d'évaluation inadaptées de la solvabilité des clients appliquées par l'ancienne direction, s'est soldé par une augmentation des créances irrécouvrables. L'EBITDA hors ajustements, indicateur que Salt ne dévoile pas, devrait avoir fléchi de manière plus prononcée.

En effet, tant la réorganisation de la société que son changement de raison sociale, intervenus après la reprise par Xavier Niel en février 2015, ont dû peser sur la rentabilité. Au premier semestre 2015, Matterhorn Telecom Holdings, société-mère de Salt, a essuyé une perte nette de 90 millions de francs, contre un montant négatif à hauteur de 1,1 million pour l'exercice 2014.

L'ex-Orange note cependant être parvenue à réduire ses frais commerciaux. Au titre des changements organisationnels, Salt a repris en son sein les fonctions réseaux et systèmes, auparavant assurées par Qvantel, Nokia Siemens et Ericsson.

Exode à la direction

L'ex-Orange, qui a changé en avril sa raison sociale et sa marque pour adopter celles de Salt Mobile et Salt, a été formellement repris en février par la holding personnelle NJJ Capital de l'investisseur français Xavier Niel. Propriétaire de l'opérateur Free, ce dernier a racheté Orange (Suisse) fin 2014 pour 2,8 milliards de francs à la société de participations britannique Apax.

Sous la houlette du nouveau propriétaire, Salt a vécu un printemps et un été mouvementés, quatre des sept membres de sa direction, soit le chef des finances ainsi que les responsables techniques, commerciaux et des relations avec la clientèle, ayant quitté l'entreprise. En novembre, la directrice en charge du personnel a aussi jeté l'éponge.

Enfin, début décembre, le directeur général, Johan Andsjö, a rendu son tablier avec effet immédiat. Son successeur, Andreas Schönenberger, ancien patron de Google Suisse, est entré en fonction le 15 mars dernier.

Les étages directoriaux n'ont pas été les seuls touchés par l'exode de personnel, l'opérateur ayant mis en place un programme de départs volontaires à la fin de l'été. A l'issue de l'exercice sous revue, Salt employait au total 833 collaborateurs à temps plein, 60 de moins qu'un an auparavant.

Réorganisation achevée

Désormais achevée pour l'essentiel, la refonte de Salt va générer des résultats positifs pour l'entreprise et ses clients. La nouvelle direction entend se concentrer sur une croissance rentable ainsi qu'une collaboration effective de l'ensemble des équipes, souligne l'opérateur.

Sur le front commercial, Salt a lancé de nouveaux abonnements, lesquels ont permis d'acquérir de nouveaux clients dès l'automne. Par ailleurs, les investissements dans la distribution ont été renforcés, alors que les partenariats les moins rentables n'ont pas été reconduits. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion