Courtepin (FR) – Plusieurs kilos d’explosifs découverts sur un chantier
Publié

Courtepin (FR)Plusieurs kilos d’explosifs découverts sur un chantier

Une opération de déminage a eu lieu mercredi après-midi. La police avait bouclé le périmètre et évacué préventivement les habitants du quartier, et tout s’est bien passé.

La police cantonale fribourgeoise avait sécurisé le périmètre et recommandait à la population d’éviter la zone autour de la route du Postillon, à Courtepin.

La police cantonale fribourgeoise avait sécurisé le périmètre et recommandait à la population d’éviter la zone autour de la route du Postillon, à Courtepin.

20min/Matthias Spicher

C’est le genre de trouvaille qui ne fait jamais plaisir: mercredi, vers 10 heures, une personne qui travaillait sur le chantier de rénovation d’une ferme, à Courtepin (FR), est tombée sur des explosifs gélatineux, a indiqué la police cantonale fribourgeoise dans un communiqué. Un périmètre de sécurité a aussitôt été établi. Le quartier près de la route du Postillon a été bouclé et les habitants des maisons voisines ont été évacués préventivement. Des ambulanciers ont aussi été dépêchés sur les lieux, pour parer à toute éventualité. Ils y ont rejoint une dizaine de patrouilles et des spécialistes du Bureau des armes et des explosifs de la police cantonale, ainsi que douze sapeurs-pompiers.

Les secours ayant constaté la présence de trois lots de plusieurs kilos d’explosifs, ainsi que des détonateurs électriques, ils ont fait appel au groupe spécialisé de la police cantonale vaudoise (NEDEX - Neutralisation, enlèvement, détection d’engins explosifs). Après évaluation des risques, celui-ci a procédé à la destruction de ce matériel en le faisant exploser. Trois détonations ont ainsi retenti entre 16 h 30 et 18 h 30. Au moment où elles ont été déclenchées, le trafic routier et ferroviaire a été ponctuellement interrompu.

Cette neutralisation n’a occasionné que des dommages matériels, principalement sur le chantier concerné, a précisé la police fribourgeoise. Les habitants évacués ont ensuite pu regagner leur domicile. À aucun moment la population n’a été en danger, assure encore le communiqué des forces de l’ordre.

Une enquête a été ouverte pour déterminer la provenance de ces explosifs. Selon des informations recueillies par «La Liberté», il pourrait s’agir de matériel qu’on utilisait pour des travaux de terrassement.

(jfz)

Ton opinion

3 commentaires