Actualisé 05.11.2018 à 07:28

Proche-OrientPerquisition du ministère palestinien de Jérusalem

Israël a saisi dimanche matin des documents et du matériel au siège du ministère palestinien chargé de Jérusalem.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Les services de sécurité israéliens ont mené dimanche matin une perquisition dans le bâtiment abritant le ministère palestinien chargé de Jérusalem, a indiqué son ministre Adnane al-Husseini. Des documents et du matériel ont été saisis.

Cette perquisition constitue «une dangereuse escalade de l'occupation et une violation flagrante de tous les accords et lois internationaux», a dénoncé le porte-parole du gouvernement palestinien.

L'opération concernait des «activités illégales à Jérusalem» menées par l'autorité palestinienne, a indiqué dans un communiqué le service israélien de sécurité intérieure, le Shin Beth. «Différents matériels ont été saisis qui seront examinés par les organes de sécurité», a-t-il précisé.

Ventes à un juif

Le Shin Beth a précisé considérer toutes les activités de l'autorité palestinienne dans la ville sainte comme illégales. Le 20 octobre, le «gouverneur» palestinien de Jérusalem, Adnan Gheith, avait été arrêté par Israël puis relâché deux jours plus tard.

Selon le journal israélien Haaretz, ces investigations sont liées à l'arrestation le mois dernier par l'autorité palestinienne (AP) d'un Palestinien, accusé d'avoir vendu des propriétés à un acheteur juif à Jérusalem-Est, ce qui est interdit par l'AP.

Ces ventes sont très controversées parmi les Palestiniens, car elles permettent, selon eux, d'accroître la colonisation des quartiers palestiniens de la ville sainte.

Israël s'est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l'a annexée. Il a déclaré en 1980 toute la ville comme sa capitale «éternelle» et «indivisible». Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, qui considère la partie orientale de Jérusalem comme territoire occupé. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!