Perquisitions chez l'allemand Bayer

Actualisé

Perquisitions chez l'allemand Bayer

L'Office anti-cartel allemand a perquisitionné jeudi deux sites de Bayer Vital, filiale du groupe de chimie-pharmacie.

Il enquête sur d'éventuelles ententes sur les prix de médicaments - dont l'aspirine - avec les pharmaciens, a-t- il annoncé.

Des enquêteurs se sont rendus sur deux sites, à Leverkusen et Cologne, en raison du «soupçon que Bayer a influencé le prix de revente de ses produits dans les pharmacies de manière non conforme à la concurrence», précisent les autorités dans un communiqué.

«Nous avons apporté toute notre coopération aux employés de l'Office qui se sont déplacés pour éclaircir» ces accusations réfutées par Bayer, a réagi un porte-parole du groupe sans plus de précisions.

Les perquisitions coïncident avec la parution jeudi dans l'hebdomadaire allemand «Stern» d'un article affirmant que le géant allemand aurait accordé des remises exceptionnelles pouvant aller jusqu'à 3% à plus de 10 000 pharmaciens du pays acceptant de maintenir un prix élevé pour plusieurs de ses produits, dont l'aspirine.

«Nous avons évidemment des recommandations de prix qui ne sont pas contractuelles. Mais, en aucun cas, nous n'avons d'accord sur les prix qui serait contraire à la loi», a indiqué le porte-parole de Bayer.

Le groupe allemand de chimie-pharmacie est une nouvelle fois rattrapé par des soupçons d'ententes sur les prix. Il y a deux ans, il avait été condamné au Portugal en 2005 pour une entente sur les prix des médicaments fournis à 22 hôpitaux du pays. (ats)

Ton opinion