Suisse: Perspectives toujours moroses, selon le KOF
Actualisé

SuissePerspectives toujours moroses, selon le KOF

Le choc monétaire causé par l'abandon du cours plancher de l'euro à mi-janvier n'est toujours pas surmonté.

Pour le directeur du KOF, Jan-Egbert Sturm, il règne toujours un mauvais climat dans l'industrie de transformation.

Pour le directeur du KOF, Jan-Egbert Sturm, il règne toujours un mauvais climat dans l'industrie de transformation.

Keystone/

Les perspectives demeurent peu engageantes pour l'économie suisse, à en croire le baromètre conjoncturel du KOF en décembre. Celui-ci a inscrit un quatrième recul mensuel consécutif, en raison notamment du mauvais climat dans l'industrie de transformation.

Le baromètre du Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (KOF) a reculé de 0,7 point en décembre par rapport à novembre pour se fixer à 96,6 points. L'évolution signifie que le choc monétaire causé par l'abandon du cours plancher de l'euro à mi-janvier n'est toujours pas surmonté.

Industrie de transformation

La tendance négative observée pour l'industrie de transformation affecte la métallurgie, le secteur alimentaire et les industries spécialisées. Ces activités, qui transforment des matières premières ou des produits intermédiaires en produits semi-finis, plombent le tableau d'ensemble du secteur secondaire.

Le recul observé apparaît en premier lieu dans l'appréciation de la production ainsi que des entrées de commandes, relève le KOF dans son commentaire publié mercredi. En même temps, des impulsions positives proviennent des indicateurs relatifs à l'évaluation des effectifs de personnel et des produits intermédiaires.

Du mieux ailleurs

Au-delà de l'industrie de transformation, l'industrie offre toutefois des raisons d'espérer. Les perspectives se sont ainsi améliorées pour la construction mécanique et le textile. Le KOF observe aussi des tendances légèrement positives dans l'industrie du bois, du papier et de l'électricité.

D'autres tendances négatives proviennent d«indicateurs du bâtiment (notamment les architectes) ainsi que d«indicateurs de consommation, précisent les économistes zurichois. Ces évolutions sont en partie compensées par une dynamique positive du côté de la demande étrangère et des perspectives plus favorables dans la finance.

Accélération en vue

Le baromètre conjoncturel du KOF vaut comme indicateur avancé. Son évolution récente à la baisse ne doit cependant pas inciter au pessimisme. En effet, selon les dernières prévisions fournies il y a une semaine par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), les experts consultés par la Confédération anticipent une lente reprise.

Et ce dès l'année 2016, qui commence dans quelques jours. Après une année 2015 où le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait avoir augmenté de 0,8% seulement, la croissance économique devrait afficher un taux de progression de 1,5% l'an prochain, puis de 1,9% en 2017, d'après les prévisions du SECO. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion