Tornos: Perte nette de 8 millions au 3e trimestre
Actualisé

TornosPerte nette de 8 millions au 3e trimestre

Malgré sa restructuration, le groupe prévôtois Tornos a connu une perte nette importante au troisième trimestre.

Tornos a licencié 147 personnes il y a peu.

Tornos a licencié 147 personnes il y a peu.

L'heure n'est pas encore à la reprise pour Tornos. Le fabricant prévôtois de machines-outils a vu ses entrées de commandes et son chiffre d'affaires plonger au troisième trimestre 2012. Lequel se solde, de plus, par une perte nette de 8 millions de francs, en raison des mesures de restructuration engagées en septembre.

Ce redimensionnement, qui s'est traduit dernièrement par le licenciement de 147 collaborateurs, doit garantir la pérennité du groupe. L'Asie également se veut source de survie: Tornos mise sur ce continent pour les années à venir.

Dans l'immédiat, les perspectives se révèlent moroses. L'entreprise de Moutier, dans le Jura bernois, n'a observé aucune amélioration de la demande et les incertitudes sur ses marchés demeurent. Ses ventes annuelles ne franchiront pas la barre des 200 millions de francs, confirme-t-elle. D'où une perte opérationnelle attendue.

Tornos a déjà essuyé une perte EBIT au cours du troisième trimestre de 8,3 millions de francs, après un résultat positif de 7,9 millions un an plus tôt. En cause: les coûts de la douloureuse restructuration, qui doit être achevée à la fin de l'année. Même sans les provisions liées aux charges du personnel de 3,7 millions, la société reste dans le rouge, avec un déficit de 4,6 millions.

Sur neuf mois, la perte opérationnelle se monte à 10,9 millions de francs, contre un bénéfice de 12,1 millions un an auparavant. Tandis que la perte nette s'élève à 11,4 millions, après un résultat net de 6,7 millions au cours de la même période de 2011. Au seul troisième trimestre, elle s'est inscrite à 8,1 millions, au lieu d'un profit de 1,3 million à la même époque de l'année passée.

Baisse des volumes

Outre les coûts de la réorganisation, Tornos dit avoir subi une diminution des volumes, qui n'a pu être compensée par les mesures de chômage partiel. Pression accrue de la concurrence et franc fort ont également pesé négativement, selon un communiqué publié mardi.

Ainsi, la firme n'est pas parvenue à rééquilibrer son chiffre d'affaires. Au contraire, le déclin s'est accentué au cours des derniers mois. Les revenus ont chuté de 46,4% à 31,5 millions de francs au seul troisième trimestre et de 36,4% à 128,5 millions sur neuf mois.

Le carnet de commandes a suivi la même tendance, n'augurant pas une embellie de si tôt. Celles-ci ont dégringolé de 42,6% à 34 millions de francs au troisième trimestre et de 36,5% à 216,4 millions après neuf mois.

Pour tenter d'enrayer cette baisse, Tornos a présenté deux nouveaux modèles de centres d'usinage au cours d'importantes expositions à Stuttgart, en Allemagne, et à Milan, en Italie. Lesquels ont suscité «un grand intérêt», selon les dires du groupe.

Nouvelle stratégie

Pour mémoire, ce dernier place ses espoirs aussi dans une nouvelle collaboration avec un partenaire taïwanais. Entamé en janvier, ce projet a permis de développer un prototype d'une machine de milieu de gamme, dont les premières livraisons sont prévues en fin d'année, avait indiqué Tornos en octobre.

Il s'inscrit dans le cadre d'une stratégie définie pour les cinq prochaines années. Laquelle doit conduire à un chiffre d'affaires annuel moyen de 320 millions de francs d'ici à 2017 et répondre à la plus grande amplitude et la durée réduite des cycles conjoncturels, à la nouvelle donne économique en Europe, à la vigueur du franc ainsi qu'au transfert de la demande vers l'Asie.

Tornos compte sur une structure d'entreprise plus flexible, avec une moyenne de 475 emplois à temps plein, tout en renforçant son organisation de ventes et en accroissant son activité dans les services. Ces plans s'accompagneront l'an prochain d'une augmentation de capital de 30 millions de francs. L'opération doit permettre à la société de réduire le prêt de 40 millions que lui ont accordé deux actionnaires industriels, dont Walter Fust.

Ces résultats ne semblaient pas ravir les investisseurs. A la Bourse suisse, le titre cédait 2,39% à 5,32 francs en milieu de matinée, dans un marché élargi en léger repli. (ats)

Ton opinion