Actualisé 18.02.2020 à 10:24

Suisse

Pesticides: les eaux seront mieux protégées

Le DETEC met un coup de frein à la cumulation des substances sur les organismes aquatiques en révisant les limites autorisées de douze pesticides.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Les lacs, rivières et ruisseaux seront mieux protégés contre les pesticides dès le 1er avril. Le Département fédéral de l'environnement (DETEC) a revu les valeurs limites pour douze pesticides particulièrement problématiques pour les organismes aquatiques.

Pour ces produits, la valeur sera inférieure à 0,1 microgramme par litre, indique mardi le DETEC. Il s'agit notamment de la cyperméthrine, un insecticide. Trois médicaments seront aussi soumis à des valeurs limites.

Pour tous les autres pesticides, la valeur limite générale de 0,1 microgramme par litre devra être respectée dans l'ensemble des lacs et des cours d'eau. Le projet mis en consultation par le DETEC en 2017 prévoyait une valeur spécifique à chaque substance, en fonction de sa toxicité pour les organismes aquatiques.

Cela aurait signifié un assouplissement pour 25 pesticides, dont le glyphosate. Cette proposition a suscité la critique lors de la consultation. Le Département est donc revenu en arrière.

Eau non potable

L'ordonnance modifiée sur la protection des eaux distingue les eaux utilisées comme eau potable et celles qui ne le sont pas. Pour ces dernières, la valeur limite de 0,1 microgramme par litre devra aussi être respectée.

Toutefois, le seuil sera relevé pour quatorze substances, dont le fongicide cyprodinil. Ces produits ne représentent pas de risque pour les organismes aquatiques si les concentrations sont plus élevées.

Ces modifications permettront de mieux évaluer l'effet de la cumulation des substances sur les organismes aquatiques. Si nécessaire, des mesures supplémentaires pourront être prévues. Les cantons sont compétents pour la mise en oeuvre de la protection des eaux. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!