Forcené de Bienne: Peter K. se cache-t-il à Macolin?
Actualisé

Forcené de BiennePeter K. se cache-t-il à Macolin?

Le forcené de Bienne a toujours une longueur d'avance sur la police qu'il nargue depuis mercredi matin. Les recherches se concentrent désormais sur le site de Macolin.

par
ats/20 minutes online

Un habitant de Lamboing près de Macolin nous informe que le Super Puma de l'armée survolait sa région depuis 12h30. Il a examiné toutes les montagnes autour d'Evilard, Twannberg, les Prés de Macolin, près du centre fédéral de sports et le plateau de Diesse. Vers 13h30, il semble être reparti vers Bienne, peut-être pour se ravitailler. Des troupes d'élite avaient pris position dans la commune d'Evilard au-dessus de Bienne. Des autres policiers armés arrêtaient eux les voitures, a constaté un journaliste de l'ATS. D'autres encore contrôlaient l'entrée du funiculaire Bienne-Evilard. Mais peu avant 15h00, plus aucun policier n'était visible à Evilard. La police ne veut pas confirmer qu'une action est en cours à cet endroit.

«Nous ne savons pas où il est», a dû admettre, en fin de matinée, devant des dizaines de journalistes le chef de la police Jura bernois-Seeland François Gaudy. La police estime peu probable que le fugitif s'en prenne à la population mais dans la foulée dit ne pas pouvoir exclure pareille hypothèse. L'homme en fuite s'en prendrait plutôt aux autorités.

Connaissance du terrain

Interpellé sur l'échec de la police à arrêter le forcené lorsqu'il est revenu dans le quartier des Tilleuls dans la nuit de jeudi à vendredi, François Gaudy relève que l'homme connaît très bien le terrain. Le retraité a pu se préparer durant des semaines voire des mois à cette issue. «Il semble nous narguer», a déclaré M. Gaudy.

«Cet homme a toujours une longueur d'avance sur nous», a dû avouer le chef de la police qui dispose de peu d'informations sur ce forcené. Aucune information n'a été divulguée sur le nombre d'agents qui sont mobilisés sur cette affaire. Mais des unités d'élite des cantons de Berne, d'Argovie, de Zurich et de Bâle-Campagne étaient présents.

Pas un échec

«Ce n'est pas un échec», a répété à plusieurs reprises le chef de la police. «Je ne suis pas satisfait du résultat mais du travail de la police», a relevé M. Gaudy. Une analyse de ces événements sera réalisée une fois la chasse à l'homme terminée. Reste que la population s'interroge sur l'efficacité de la police.

Les autorités ne disposent toujours que de peu d'informations sur cet homme. La photo publiée dans la presse date d'une vingtaine d'années. «Ce n'est pas un vieillard de 67 ans mais un homme en pleine forme et dangereux», a expliqué François Gaudy.

Population inquiète

La directrice biennoise de la sécurité Barbara Schwickert conseille aux habitants d'être prudents et de rester attentifs. «Les autorités comprennent l'insécurité de la population», a souligné la conseillère municipale. L'homme qui s'était retranché dans sa maison est en cavale depuis jeudi vers 01h00 du matin.

Dans le quartier des Tilleuls, l'école primaire et la HEP-BEJUNE sont fermées pour une durée indéterminée. Même si le dispositif policier a été allégé, quelques hommes munis de gilets pare-balles et équipés de mitraillettes sont toujours sur place. Les démineurs n'ont pas trouvé d'explosifs dans la maison du forcené

Ton opinion