LNA: Petit à petit, Colby Genoway fait son nid
Actualisé

LNAPetit à petit, Colby Genoway fait son nid

Le Canadien de 32 ans travaille dans l'ombre pour Fribourg Gottéron. Il a su s'adapter rapidement, après quelques mois passés dans la KHL avec Zagreb.

par
Robin Carrel
Colby Genoway (à droite) est en train de se rendre indispensable à Saint-Léonard.

Colby Genoway (à droite) est en train de se rendre indispensable à Saint-Léonard.

photo: Keystone/Peter Schneider

Après une saison à Lugano et quatre ans au Lausanne Hockey Club, Colby Genoway avait été libéré par le club vaudois à l'été 2015. Pour rebondir, l'attaquant manitobain a trouvé un nouvel élan du côté de la Croatie. Il a joué 48 parties avec le Medvescak Zagreb, en Kontinental Hockey League (4 buts et 12 assists).

«Toujours à la maison»

«J'ai adoré, a-t-il souri jeudi, après la victoire fribourgeoise contre Genève-Servette, lors du match IV des play-off de LNA (3-0, 1-3 dans la série). C'est une bonne ligue, au sein de laquelle les joueurs sont très doués techniquement. Ç'a été une belle expérience pour moi. On n'a pas fait les play-off, mais on a tout de même connu un assez bon exercice. Comme je n'étais pas fatigué en fin de saison, je voulais continuer à jouer. Et il y a eu cette opportunité, ici, à Fribourg.»

Pour les joueurs nord-américains, la Suisse reste un endroit particulier. Pouvoir dormir tous les soirs dans son propre lit est un bonheur simple que les Canadiens et les Américains apprécient. Genoway en est fan: «Oh oui! En Suisse, tu es toujours à la maison, jamais à l'hôtel, dans les avions ou des trucs comme ça. La deuxième grosse différence entre la LNA et la Russie, c'est la taille des gars. Là-bas, il y a des grands types avec des corps énormes. Kovalchuk, Radulov… C'était fun. Une bonne expérience. Je pense toutefois que le jeu va plus vite ici.»

Cinq saisons en Suisse

Etait-il difficile de s'adapter pour lui, en arrivant seulement quelques semaines avant les séries éliminatoires? Non. L'homme a déjà longuement pratiqué la Ligue A, pour y avoir évolué à 117 reprises (22 buts et 51 assists). «Je connaissais déjà tous les joueurs. Je savais aussi à quoi m'attendre avec le coach, qui m'avait dirigé à Lausanne. Au final, j'ai juste eu à essayer de trouver ma place. Vous me connaissez, je ne parle pas trop, mais j'essaie de bien bosser et de tout donner. C'est tout ce que je peux faire!» Et il le fait plutôt bien. En huit parties avec Gottéron, Genoway a marqué quatre fois et offert trois passes décisives. Il est même régulièrement aux commandes du power-play, qu'il «pilote» de la ligne bleue.

Grâce notamment à un but du Canadien en supériorité numérique, justement, Les Fribourgeois ont quelque peu fait renaître l'espoir jeudi. Les hommes de Gerd Zenhäusern ont même réussi une deuxième période quasi parfaite (deux buts marqués, 16 tirs cadrés à 3) qui peut leur donner des idées pour la suite. «Je le pense aussi, a lâché Genoway. On a une bonne équipe et je ne dis pas qu'on va revenir forcément dans cette série. Mais on doit rester concentrés sur le prochain match, prendre un shift après l'autre. Jouer dur, physiquement, devant les deux buts. Et nous serons récompensés.» A voir samedi soir.

Ton opinion