Petites embarcations de pêche chassées de la rade
Actualisé

Petites embarcations de pêche chassées de la rade

GENEVE. Un risque de
collision avec les bateaux
de la CGN serait
à l'origine d'une mesure
qui soulève des remous.

«En trente ans de pêche sur le lac, c'est la première fois que cela m'arrive», grommelle un as de la canne à pêche locale. Il fait partie de la douzaine de pratiquants qui ont été invités par un policier de la navigation à regagner la rive dimanche matin. Grief retenu? «Il est interdit de pêcher dans un port, nous a déclaré l'agent. Si on refusait de partir, il menaçait de nous coller une amende», s'étonne-t-il. Avant de préciser: «Un garde-faune m'a confié que nous avions le droit de pêcher dans la rade, mais sans nous ancrer. Et, surtout, sans gêner la navigation.» Selon le porte-parole de la police, Philippe Cosandey, c'est justement le risque de collision qui aurait motivé l'intervention. «Nous avons reçu une doléance verbale de la Compagnie Générale de Navigation. La présence de ces embarcations à moteur entre les Pâquis et le jet d'eau représentait un risque d'accident. Notre agent a donc priés les pêcheurs de quitter les lieux», justifie-t-il. Une crainte de l'accident partagée aussi par des pêcheurs au long cours. «A cause de quelques imbéciles qui empêchent les manœuvres délicates de bateaux comme «La Suisse», tous les pêcheurs du lac risquent d'être punis. L'interdiction pure et simple nous pend au nez», regrette un remuant vendeur d'articles de pêche.

Giancarlo Mariani

Ton opinion