Suisse - Pétition pour fermer le compte PostFinance d’un groupe néonazi

Publié

SuissePétition pour fermer le compte PostFinance d’un groupe néonazi

Le groupe néonazi Junge Tat récolterait des dons via un compte PostFinance. Une pétition a été lancée demandant de le bloquer et de le clôturer immédiatement.

par
mie/aze

Le groupe d’extrême droite Junge Tat collecterait des dons via un compte PostFinance. La Rencontre antifasciste ouverte (Offene Antifaschistische Treffen, OAT) de Bâle a lancé la pétition en ligne «Pas de compte pour Junge Tat», demandant de bloquer et de clôturer immédiatement le compte présumé.

«Nous demandons à PostFinance de bloquer et de clôturer immédiatement ce compte. L’attribution de comptes à des néonazis est inacceptable», écrit OAT sur son compte Instagram. Mercredi, près de 2300 signatures avaient déjà été récoltées.

Au sein de PostFinance, on ne peut pas donner d’informations concrètes sur le cas, en raison du secret bancaire. «Mais si ce qu’écrivent les lanceurs de la pétition est vrai, nous pouvons vous assurer que la relation client est déjà rompue ou qu’elle le sera immédiatement», déclare le porte-parole Rinaldo Tibolla. «Nous nous distançons par principe de tous les mouvements et groupements extrémistes», ajoute-t-il.

Droit de pétition

D’après l’avocat expert en droit public Tomas Poledna, PostFinance est tenu de prendre connaissance des pétitions en raison de sa position de filiale de La Poste suisse, qui est une entreprise de droit public. Pour rappel, l’article 33 de la Constitution fédérale garantit le droit de pétition. «Cela signifie que PostFinance doit lire la pétition et en prendre connaissance, car la pétition confère le droit d’être entendu», précise encore l’avocat. PostFinance n’est toutefois pas tenu de mettre en œuvre toutes les pétitions qui lui sont adressées.

Identités rendues publiques

Ton opinion