Euro 2016: Petkovic: «C'est bien de passer pour le plus faible
Actualisé

Euro 2016Petkovic: «C'est bien de passer pour le plus faible

Le quotidien L'Equipe affirme que la Suisse est l'équipe la plus faible du deuxième chapeau.

«Ce match, il fallait absolument le gagner. Et pas de n'importe quelle manière. Nous devions témoigner d'une solidarité sans faille». Que Michael Lang se rassure! Les joueurs de l'équipe de Suisse ont démontré mardi soir à Vienne qu'ils étaient vraiment unis comme les doigts de la main.

«Il n'y a absolument aucun conflit larvé entre des joueurs de l'équipe, poursuit le latéral du FC Bâle. Avant le match, nous avons décidé de former tous ensemble un cercle pour symboliser en quelque sorte l'union sacrée.» Dans le même temps, l'ASF publiait sur son site un communiqué très virulent pour stigmatiser la campagne de presse opérée par deux titres qui avancent la thèse d'un «Balkan-Graben» au sein de la sélection.

Un trio majeur

Sur la pelouse de l'Ernst-Happel-Stadion, trois hommes aux origines diverses, mais nourris par le même amour du maillot à croix blanche, Valon Behrami, Johan Djourou et Yann Sommer, ont vraiment sorti le grand jeu pour permettre à leur équipe de résister à la pression incessante de l'adversaire.

Même si le scénario de la seconde période a épousé parfois le scénario de la bataille de Morgarten, ils l'ont fait sans jamais se départir de leur flegme. Le calme de ce trio a rejailli sur les autres pour cueillir une victoire qui n'est finalement pas imméritée. En première période, c'est bien la Suisse qui avait été la plus tranchante.

Elle l'a fait avec un nouveau schéma de jeu en 4-4-2. Un schéma qui a payé face aux errements de la défense adverse en première période, une défense trop souvent empruntée devant les éclairs d'un Shaqiri, la malice d'un Mehmedi et, bien sûr, l'inspiration d'un Seferovic. On salive déjà à l'idée de voir Breel Embolo évoluer à la pointe de l'attaque aux côtés de Seferovic.

Avec ce dispositif en 4-4-2, le problème récurrent du capitanat prend un autre relief. Remplacé à l'heure de jeu, Gökhan Inler a payé encore une fois cash son manque de compétition. Resté sur le banc lors des six derniers matches de Premier League de Leicester City, le Soleurois ne peut plus conserver son statut.

Tant en Slovaquie qu'en Autriche, il a énormément souffert de la comparaison avec Behrami. Il n'a pas su exploiter le «sursis» que lui a offert le forfait de Granit Xhaka pour ces deux dernières rencontres de l'année.

Aucun cadeau

Au printemps prochain lors des deux dernières rencontres de préparation avant l'Euro 2006 face à l'Eire et à un adversaire qui sera désigné au lendemain du tirage au sort du 12 décembre prochain à Paris, Vladimir Petkovic n'aura pas d'autre alternative que d'associer Xhaka et Behrami s'il persiste toujours dans l'idée de jouer avec deux demis défensifs axiaux.

A 31 ans, Gökhan Inler, qui a fêté sa 89e sélection mardi soir, se trouve à la croisée des chemins. S'il ne gagne pas au plus vite sa place de titulaire à Leicester City, le train de l'Euro partira sans lui. «J'ai établi ma sélection pour les deux rencontres en Slovénie et en Autriche avec le dessein entre autres de remercier les joueurs qui ont été les acteurs de notre qualification, rappelait Vladimir Petkovic la semaine dernière. Mais si les choses ne bougent pas pour lui dans le bon sens à Leicester, il me sera difficile d'emmener Gökhan Inler à l'Euro.»

Le message est clair. Le sélectionneur entend ne faire aucun cadeau au printemps prochain. Après avoir été le seul cette année à battre Marcel Koller, l'homme qu'on avait voulu lui préférer, il entend devenir le premier sélectionneur de l'équipe de Suisse à gagner un match à élimination directe dans un grand tournoi depuis Karl Rappan en 1938.

Le fait que le quotidien L'Equipe affirme dès à présent que la Suisse est l'équipe la plus faible du deuxième chapeau renforce encore sa détermination. «C'est bien de passer pour le plus faible. Le seul risque que nous courons alors, c'est de surprendre», glisse-t-il malicieusement. (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion