Football - Euro 2016: Petkovic écarte l'idée d'une défense à trois
Actualisé

Football - Euro 2016Petkovic écarte l'idée d'une défense à trois

Malgré cela, la présence du revenant Fabian Frei dans la liste des vingt-trois sélectionnés semble acquise.

1 / 76
Saint-Etienne, France
Saint-Etienne, France

Granit Xhaka fut le seul joueur à rater son tir au but face à la Pologne. Un raté fatal à la Suisse (Samedi 25 juin 2016).

Keystone
Saint-Etienne, France
Saint-Etienne, France

Xherdan Shaqiri a redonné de l'espoir à tout un pays en égalisant en fin de match sur un ciseau acrobatique (Samedi 25 juin 2016).

Keystone
Saint-Etienne, France
Saint-Etienne, France

La Suisse a encaissé un but sur un contre polonais peu avant la pause (Samedi 25 juin 2016).

Keystone

La révolution tactique attendra. Le retour en grâce de Fabian Frei ne sera pas synonyme d'un changement de système. Vladimir Petkovic n'est pas prêt à jouer avec une défense à trois alors que la sélection du Thurgovien aurait pu le laisser penser.

«Je n'ai pas les hommes pour aligner une défense à trois, dit-il. Qui pourrait jouer à gauche dans ce système? Il y a un seul joueur qui serait gagnant si nous passions à une défense à trois: Stephan Lichtsteiner. Ce système de jeu avec trois défenseurs centraux ne constitue vraiment pas la première option. Mais si la situation l'exige, nous pourrons jouer aussi en 3-4-3 ou en 3-5-2.»

Une sélection acquise

Voir donc Fabian Frei dans une sorte de libero aux côtés des deux défenseurs centraux ne sera donc pas pour demain. Mais malgré le «conservatisme» de Vladimir Petkovic et même s'il revient de loin, la présence du Thurgovien dans la liste des vingt-trois sélectionnés pour cet Euro 2016 semble acquise. «Le sélectionneur m'a dit que la porte était toujours ouverte, explique-t-il. Ma fin de saison avec Mayence a pesé dans son choix.» Les deux couacs contre l'Irlande et la Bosnie-Herzégovine sans doute aussi.

La pauvreté du jeu présenté lors de ces deux rencontres amicales du mois de mars explique pourquoi Vladimir Petkovic a rappelé Fabian Frei après une longue éclipse d'une année. Sa septième et dernière sélection remonte au 31 mars 2015 lors du nul 1-1 en match amical contre les Etats-Unis à Zurich. Il y a quatorze mois, Fabian Frei était un des pions essentiels du FC Bâle. Aujourd'hui, il s'est imposé en Bundesliga avec le FC Mayence.

Blessé à la fin août, il est revenu en force ce printemps pour aider l'équipe du Valaisan Martin Schmidt à terminer à la sixième place de la Bundesliga, un rang synonyme de qualification pour la phase de poules de l'Europa League. «Une première dans l'histoire du club», précise avec une certaine fierté Fabian Frei. A 27 ans, le Thurgovien est convaincu d'avoir fait le bon choix avec Mayence. «Ce club est semblable au FC Bâle, dit-il. On y respire le professionnalisme à tous les étages.»

«J'ai dû gagner deux fois ma place»

Fabian Frei tire donc un bilan extrêmement positif de sa première saison en Bundesliga, le championnat dont il rêvait. «J'ai joué en no 6. J'ai, surtout, dû gagner deux fois ma place, en début de saison et ce printemps après avoir soigné ma déchirure musculaire à la cuisse», poursuit-il.

Il a aussi découvert un entraîneur atypique en la personne de Martin Schmidt. «Il est vrai qu'il ne répond pas vraiment aux standards de la Bundesliga, lance-t-il. Il n'a pas beaucoup d'expérience sur le banc, il n'a pas été un grand joueur et il vient du sport motorisé. Mais je dois dire que travailler sous ses ordres est vraiment un plaisir. A chaque séance, il apporte quelque chose de spécial.»

Sous la férule du Valaisan, Fabian Frei et ses coéquipiers ont signé un exploit rare le 2 mars dernier: s'imposer 2-1 à Munich face au Bayern. «Une victoire particulière dans la mesure où mon dernier match dans ce stade au FC Bayern ne s'était pas passé aussi bien», glisse-t-il malicieusement.

Un euphémisme si l'on précise que ce dernier match avait été cette défaite... 7-0 avec le FC Bâle le 13 mars 2012 en huitième de finale de la Ligue des Champions. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion