Football: Petkovic : «Nous sommes incapables de jouer le nul»
Actualisé

FootballPetkovic : «Nous sommes incapables de jouer le nul»

Pour le sélectionneur de l'équipe de Suisse, il n'y aura qu'un seul mot d'ordre demain soir à Lisbonne face au Portugal: gagner.

«Nous nous efforcerons de démontrer que nous sommes à notre place dans cette finalissima», a déclaré le coach de la Nati. (Lundi 9 octobre 2017)

«Nous nous efforcerons de démontrer que nous sommes à notre place dans cette finalissima», a déclaré le coach de la Nati. (Lundi 9 octobre 2017)

AFP/Archives

Cette fois, il ne bluffe pas ! On doit croire Vladimir Petkovic quand il affirme que «le prochain match est vraiment le plus important». A savoir la finalissima de Lisbonne que toute la Suisse attend, en clôture des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.

«Il s'agira d'un beau match, riche en émotions, lâche le sélectionneur de l'équipe de Suisse à la veille de défier le Champion d'Europe en titre dans son antre de la Luz. Nous sommes prêts. L'équipe jouera le jeu qui est le sien depuis plus d'une année. Mardi n'est pas le soir où il convient d'»inventer« quelque chose. Nous nous efforcerons de démontrer que nous sommes à notre place dans cette finalissima, que ce que nous avons accompli jusqu'ici n'est pas le fruit du hasard.»

Des chiffres qui parlent

«Confiant» en ses joueurs, «fier» également de son équipe, Vladimir Petkovic s'avance vers cette finalissima de Lisbonne avec un seul mot d'ordre: gagner. «Nous sommes incapables de jouer le nul», lâche-t-il avec ce petit sourire aussi malicieux que charmeur. Une victoire à Lisbonne offrirait au football suisse non seulement une qualification directe pour la Coupe du monde 2018 en Russie mais aussi un Grand Chelem historique avec dix victoires en dix rencontres lors de ce tour préliminaire.

Invaincue depuis quinze rencontres - son dernier revers fut cette défaite 2-1 en match amical devant la Belgique le 28 mai 2016 à Genève - et qualifiée aussi pour les trois dernières Coupes du monde en Allemagne (2006), en Afrique du Sud (2010) et au Brésil (2014), la Suisse peut s'appuyer sur un bilan chiffré de premier ordre avant de croiser le fer avec les Champions d'Europe.

Même si Vladimir Petkovic et son capitaine Stephan Lichtsteiner martèlent qu'ils affrontent le Portugal et non pas Cristiano Ronaldo, tout laisse penser que l'issue de cette finalissima dépendra d'un seul homme. Auteur de quinze des trente buts du Portugal lors de cette campagne de Russie - le match en Hongrie fut le seul où il n'a pas marqué -, Cristiano Ronaldo peut faire basculer cette rencontre à n'importe quel instant. Son absence au match aller à Bâle avait été cruellement ressentie dans les rangs portugais. Avec le recul, on est convaincu que CR7 aurait su exploiter les hésitations de la défense suisse en début de match, symbolisées notamment par un dégagement désespéré de Lichtsteiner sur le bras de... Johan Djourou.

«Un véritable défi»

Stephan Lichtsteiner, justement, sera le défenseur suisse appelé le plus souvent à croiser la route du capitaine portugais. «Affronter Cristiano Ronaldo représente toujours un véritable défi, lâche le Lucernois. Je l'ai déjà fait par le passé. Une fois, cela s'était bien passé. Une autre fois moins bien.» Stephan Lichtsteiner songe à la demi-finale de la Ligue des Champions 2015 qui avait souri à la Juventus devant le Real Madrid après un match aller «compliqué» pour lui à Turin et un retour beaucoup plus réussi à Madrid. Cristiano Ronaldo avait marqué lors des deux matches (2-1 1-1) mais Stephan Lichtsteiner avait vraiment sorti le grand jeu à Bernabeu. «Mais une fois encore, ce n'est pas moi qui devra défendre sur Ronaldo mais bien toute l'équipe, ajoute le capitaine. Ce qui primera avant tout mardi, c'est le collectif !»

«Avec l'âge, il a modifié quelque peu son style de jeu. Il ne »dévore« plus les espaces comme auparavant. Il s'inscrit davantage dans le collectif», remarque Lucien Favre qui pronostique un nul pour cette finalissima. «Mais Cristiano Ronaldo demeure un grand buteur, insiste l'entraîneur de Nice. Il marque but sur but avec le Real et le Portugal. Aucun autre joueur n'arme aussi fort et aussi vite que lui. Il est, à mes yeux, le joueur le plus constant au monde.»

Vladimir Petkovic alignera l'équipe attendue, avec Remo Freuler en ligne médiane et Admir Mehmedi sur le flanc gauche. La seule contrariété de cette veille de match fut cette légère extinction de voix de Granit Xhaka qui l'a amené à faire l'impasse sur la conférence de presse. Rien de bien très sérieux assure le staff de l'équipe de Suisse.

Portugal - Suisse

Lisbonne. Stade de la Luz. Arbitre: Cakir (TUR). Coup d'envoi: 19.45 (20.45 en Suisse). Portugal: Rui Patricio; Cédric, Pepe, Fonte, Eliseu; Bernardo Silva, William, Moutinho, Joao Mario; André Silva, Ronaldo. Suisse: Sommer; Lichtsteiner, Schär, Djourou, Rodriguez; Freuler, Xhaka; Shaqiri, Dzemaili, Mehmedi; Seferovic. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion