Football - Petkovic veut quitter le banc de l’équipe de Suisse
Actualisé

FootballPetkovic veut quitter le banc de l’équipe de Suisse

Le coach national a demandé à ses dirigeants à être libéré de ses fonctions. Il n’a jamais été aussi proche de Bordeaux avec qui un accord de principe a déjà été trouvé.

par
Nicolas Jacquier
Vladimir Petkovic se retrouve dans le viseur des Girondins de Bordeaux. Un accord a même déjà été trouvé pour un contrat courant jusqu’en 2024.

Vladimir Petkovic se retrouve dans le viseur des Girondins de Bordeaux. Un accord a même déjà été trouvé pour un contrat courant jusqu’en 2024.

Urs Lindt/freshfocus

Lors du récent dramatique quart de finale de l’Euro 2020 de Saint-Pétersbourg, Vladimir Petkovic a-t-il dirigé contre l’Espagne son dernier (et 78e) match à la tête de l’équipe de Suisse? Tout laisse à penser que oui. Voici plusieurs jours déjà que le nom du sélectionneur figure au sommet de la liste des dirigeants des Girondins de Bordeaux pour y remplacer Jean-Louis Gasset. Désireux de leur donner un nouvel élan, Gérard Lopez, le nouveau propriétaire, s’est promis de recruter le tombeur des Bleus à l’Euro.

Ce qui n’était encore qu’une simple rumeur il y a quelque temps s’est aujourd’hui transformé en une offre concrète; c’est devenu ainsi une opportunité que Petkovic n’entend pas laisser passer et qui pourrait devenir réalité dans les prochains jours selon Blick. Entre «Vlado» et son potentiel nouvel employeur, tout est d’ailleurs déjà réglé selon nos confrères, sous le principe d’un contrat de trois ans, avec sans doute une sensible revalorisation salariale à la clé.

Contrat jusqu’en 2022

À 57 ans, Petkovic, qui avait succédé sur le banc helvétique à Ottmar Hitzfeld le 1er août 2014, entend donner une nouvelle orientation à sa carrière. Régulièrement sollicité - le Zenith St-Pétersbourg, Eintracht Frankfort, Fenerbahce ainsi que la Fédération russe avaient tous récemment manifesté leur intérêt -, le sélectionneur souhaite retrouver un club. C’est ce qu’il a dit aux dirigeants de l’Association Suisse de Football lorsqu’il a informé ceux-ci de son désir d’être libéré de son mandat, lequel court officiellement jusqu’en décembre 2022.

On voit mal l’ASF s’opposer au technicien qui lui a fait vivre l’une des plus belles pages de son histoire sportive cet été. Tout juste Berne pourrait-il exiger une compensation financière et faire monter les enchères pour ne pas tout perdre.

Un successeur nommé Lucien Favre?

Concrètement, il y a fort à parier que Vladimir Petkovic n’entamera pas cet automne les éliminatoires pour la Coupe du monde 2022 au Qatar, avec la réception des champions d’Europe italiens à Bâle le 5 septembre. Il est désormais attendu à Bordeaux. Si son départ devenait officiel (tout laisse à penser qu’il le sera, l’ASF n’entendant pas se lancer dans une épreuve de force), resterait à désigner son successeur. Les prétendants seront sans doute nombreux à se bousculer. Déjà pressenti par le passé, Lucien Favre pourrait faire figure de favori No 1 si le Vaudois se déclarait intéressé par le poste.

À moins que l’ASF décide de monter au front et que le départ programmé de Petkovic n’en soit finalement pas un, ce dont l’on doute. Car dès l’instant où un coach souhaite, comme pour un joueur, changer d’air, il devient difficile de le retenir…

Il n’empêche: avec Vladimir Petkovic, la Suisse du football tient son feuilleton de l’été.

Ton opinion