Actualisé 09.02.2017 à 02:04

BrésilPetrobras: la nomination d'un ministre bloquée

Wellington Moreira Franco, proche du président et cité dans l'affaire Petrobras, a vu sa nomination bloquée par la justice.

1 / 131
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

Un juge brésilien a bloqué mercredi la nomination au gouvernement de Wellington Moreira Franco, un proche du président Michel Temer, qui est cité dans le scandale de corruption Petrobras.

Précédemment chargé d'un programme d'investissements publics-privés, Wellington Moreira Franco a été nommé le 3 février secrétaire général de la présidence.

Une fois à ce poste, qui lui aurait donné rang de ministre, son cas n'aurait plus été du ressort de la justice ordinaire, mais de la Cour suprême, seule habilitée à enquêter sur les membres du gouvernement.

Appel programmé

Cette désignation faisait polémique car le nom de cette personnalité figurait dans les confessions explosives de 77 anciens cadres du géant du BTP Odebrecht, validées début février par la justice.

Le service de presse du président Michel Temer a fait savoir que les avocats de la présidence allaient faire appel du blocage de cette nomination.

L'enquête Petrobras, sur le plus gros scandale de corruption de l'histoire du Brésil, a révélé l'existence d'un vaste réseau ayant détourné, via l'octroi à des groupes de BTP, contre pots-de-vin, de juteux marchés de sous-traitance surfacturés, quelque six milliards de réais (près de deux milliards de dollars) de la compagnie pétrolière d'Etat.

Le cas Odebrecht

Des dizaines de chefs d'entreprise et de personnalités politiques de tous bords sont déjà en prison.

Parmi eux, Marcelo Odebrecht, l'ancien président exécutif du groupe éponyme, détenu depuis juin 2015 et condamné à plus de 19 ans de prison pour corruption, blanchiment d'argent et appartenance à une organisation criminelle.

Il a scellé, comme des dizaines d'anciens hauts dirigeants de cette entreprise, un accord de collaboration en échange d'une remise de peine.

Le contenu des confessions des ex-cadres d'Odebrecht reste pour l'instant sous le sceau du secret de l'instruction mais plusieurs documents ont filtré dans les médias. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!