Brésil: Petrobras: le ministre de la Transparence démissionne
Actualisé

BrésilPetrobras: le ministre de la Transparence démissionne

Fabiano Silveira a été enregistré critiquant l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras.

1 / 131
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

Et de deux! Fabiano Silveira a dû quitter ses fonctions. Le ministre brésilien de la Transparence a démissionné lundi après la divulgation d'un enregistrement audio dans lequel il critiquait l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras, ont déclaré à l'AFP des sources officielles.

Fabiano Silveira est le deuxième ministre à quitter le gouvernement intérimaire brésilien en une semaine.

Le 23 mai, le ministre de la Planification, Romero Juca, s'était mis «en réserve» de ses fonctions après la révélation d'une conversation dans laquelle il se prononçait pour la fin de l'enquête sur le scandale Petrobras, dans lequel il est lui-même mis en cause. On avait appris le lendemain qu'il avait été limogé.

Dans l'enregistrement révélé par la télévision Globo dans la nuit de dimanche à lundi, on entend Fabiano Silveira discuter de la grande opération anti-corruption qui a mis au jour le vaste scandale de corruption lié au groupe pétrolier public Petrobras.

Le Parquet «perdu»

Ses interlocuteurs sont Renan Calheiros, président du Sénat, et Sergio Machado, ex-président de Transpetro, une filiale de Petrobras. Tous deux sont l'objet d'investigations dans le cadre du scandale Petrobras.

La conversation date du mois de mars, alors que Silveira était membre du Conseil national de la justice. Fabiano Silveira assurait que le Parquet était «perdu» dans l'affaire Petrobras et conseillait Sergio Machado pour faire face à sa procédure.

Dans sa lettre de démission, Fabiano Silveira déclare n'avoir jamais imaginé «faire l'objet de spéculations si insolites».

Les propos tenus «étaient des commentaires d'ordre général et de simples opinions, amplifiés par le climat d'exaspération politique que nous constatons tous», peut-on lire dans un extrait de la lettre de Fabiano Silveira publié dans la presse brésilienne.

Stopper l'enquête

Lundi, des fonctionnaires de son ministère, créé par le président brésilien par intérim Michel Temer pour lutter contre la corruption, ont réclamé le départ de Fabiano Silveira, soutenus par l'ONG Transparency International.

Romero Juca, le ministre de la Planification limogé, est accusé d'avoir oeuvré à la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff dans le but de stopper l'enquête sur le scandale Petrobras.

Le vice-président Michel Temer, du parti centriste PMDB, assume l'intérim de la présidence depuis le 12 mai, après que le Sénat a écarté du pouvoir Dilma Rousseff, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics.

Dilma Rousseff a été mise à l'écart pour six mois au maximum en attendant un jugement final sur la procédure de destitution engagée contre elle. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion