Conseil fédéral: Regula Rytz: «On est prêt mais il n'y a pas de place»
Actualisé

Conseil fédéralRegula Rytz: «On est prêt mais il n'y a pas de place»

Alors qu'une candidate verte brigue le siège occupé par un PLR, la conclusion de l'histoire semble écrite d'avance, et Berne s'endort sans grande excitation.

par
Pauline Rumpf

Regula Rytz au micro de 20 minutes mardi soir.

Regula Rytz, candidate Verte au siège occupé par le PLR Ignazio Cassis, estime que l'heure est venue pour les écologistes de siéger au gouvernement, après leur excellent résultat aux élections fédérales. «On nous dit qu'il faut être patients, mais l'urgence climatique, c'est maintenant, et le peuple l'a compris», assène la Bernoise.

Elle sera soutenue par son parti, par les socialistes et par une partie des Vert'libéraux qui ne sont pas parvenus à se mettre d'accord à la veille de l'élection, tiraillés entre leur aile verte et leur aile libérale. «Par rapport à Mme Rytz, il y a d'un côté une chance pour l'écologie, de l'autre un risque de sur-représentation de la gauche, énumère la présidente des Vert'libéraux Tiana Moser. Et pour M. Cassis, son origine tessinoise parle pour lui, mais en même temps le PLR lui aussi est sur-représenté.»

Démissions pour éviter les risques

Une grande partie du Parlement annonce toutefois qu'elle restera fidèle à la concordance, et ne s'attaquera pas de front au PLR. Ainsi, ni le PDC ni l'UDC n'ont pris la peine de rencontrer Regula Rytz, indiquant ainsi qu'ils ne rentrent même pas en discussion: on ne déloge pas un ministre en place, il en va de la stabilité du pays.

Coincés, les Verts reprochent au PLR d'avoir remplacé ses ministres en pleine législature par un jeu de démissions visant justement à éviter de perdre un siège lors d'une élection trop ouverte. «Il faut effectivement rediscuter de cette formule magique, mais ce n'est pas encore le moment de la chambouler», estime la nouvelle conseillère aux Etats PDC Marianne Maret, fidèle à la ligne de son parti. Quelques voix internes pourraient s'exprimer hors des consignes officielles, mais probablement pas assez pour faire pencher la balance.

PS et Vert’libéraux ont auditionné Regula Rytz

Le PS a auditionné mardi Regula Rytz (Verts/BE), qui veut décrocher un siège au Conseil fédéral. Au terme de la discussion qui a porté sur les grandes réformes à venir, le groupe a décidé de voter pour la présidente des Verts à la place d'Ignazio Cassis.
(Video: Keystone)

Une élection sans sel

Pour les nouveaux élus au Parlement, cette première élection manque donc un peu de piquant, même si certains s'attendent tout de même à quelques surprises durant la fameuse «nuit des longs couteaux». Les divers restaurants de la ville abriteront peut-être quelques discussions stratégiques, mais la plupart des observateurs s'accordent à dire que rien de fracassant n'en sortira. Berne s'endort donc sans grande excitation, à la veille d'une élection, ou probablement plutôt d'une ré-élection.

Conseil fédéral: il ne devrait pas y avoir de surprise

Regula Rytz a-t-elle encore une chance de devenir Conseillère fédérale? Non, répond le politologue Claude Longchamp. L'élection du Conseil fédéral devrait se faire sans problème d'après lui. Ne pas être au Conseil fédéral pourrait cependant être un atout pour les Verts.

Un nouvel élu avant sa première élection

L'élection du Conseil fédéral promet peu de surprises, mais les nouveaux élus vivent pour la première fois la fameuse "nuit des longs couteaux", comme Michel Matter (Vert'libéraux/GE)

Nouveau venu au Parlement, Michel Matter (Vert'libéraux/GE) s'attend tout de même à quelques surprises

Ton opinion