écoles en Suisse: Peu importe la situation sanitaire, on ne fermera pas le primaire
Publié

écoles en SuissePeu importe la situation sanitaire, on ne fermera pas le primaire

Même si les contaminations repartaient à la hausse de façon incontrôlée, Berne se résoudrait à l’enseignement à distance uniquement pour les écoles secondaires.

par
Yannick Weber
AFP

Pour le Conseil fédéral, la situation actuelle ne nécessite pas une fermeture des écoles. Et il va encore plus loin: même si l’épidémie repartait à la hausse de manière «très dangereuse», il n’envisagera pas de fermeture des écoles primaires. C’est ce qu’il laisse entendre dans un communiqué de presse envoyé mercredi en début d’après-midi, faisant état des discussions entre la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) et la Task force scientifique de l’OFSP.

«L'enseignement à distance ne s'avérerait positif que si la situation épidémiologique devenait dangereuse ou très dangereuse, et il devrait se limiter au secondaire I et II», dit le Conseil fédéral après une pesée d’intérêts entre les inconvénients pour les écoliers (psychiquement et relativement au suivi scolaire) et les avantages épidémiologiques.

Quarantaines à la pelle

Pour le gouvernement, «les mesures prises jusqu'à maintenant ont permis d'éviter des flambées importantes dans les écoles». Elles sont devenues d’autant plus fortes depuis l’apparition des nouveaux variants du virus, plus contagieux. Wengen (BE) et St-Moritz (GR) ont par exemple déjà dû fermer momentanément les écoles après des cas de contaminations. Au Tessin, 500 élèves ont été placés en quarantaine également.

Ce sont surtout ces nouveaux variants qui inquiètent, et tant les directeurs cantonaux que la Task force reconnaissent que des mesures supplémentaires pourraient devoir être prises dans les écoles. Comme le dit le communiqué, ils sont en train, ensemble, d’«approfondir» des scénarios.

Après le Royaume-Uni, et l’Afrique du Sud: le Brésil

Le nouveau variant «brésilien», notamment déjà détecté au Japon, est à son tour sous le regard acéré des autorités. Le Brésil entre d’ailleurs ce mercredi sur la liste des pays en provenance desquels une quarantaine sera obligatoire en Suisse. «Aucune contamination en dehors du Brésil n'a été recensée jusqu'à présent», affirme le gouvernement.

Ton opinion

431 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Mais Oui

22.01.2021, 00:41

On en recause dans trois quatre jours.

Walenried

21.01.2021, 10:28

Wengen, St-Moritz, ces deux stations ne sont pas la Suisse à elles-seules. Les fermetures d'écoles et de lieux d'études sont une attaque physique et psychologique pour les très jeunes, jeunes et les ados. Puisque opposition est faite entre jeunes et vieux, même phénomène dans les EMS, eux ne se promènent pas sur les trottoirs, mais mêmes dégâts.

le rollator

21.01.2021, 09:52

avec 21 milliard de bénéfice à la BNS il y as de quoi se pose des questions le directeur s'appel surement picsou ou le clan des râteaux et en plus c'est notre argent lol