Actualisé 17.03.2011 à 18:11

Rapport explosif?Peut-être 450 morts: un «risque acceptable»

Une étude sur les dangers liés aux citernes installées à Vernier (GE) inquiète. Les élus locaux demandent leur fermeture.

von
tpi

«Ce site représente un risque inacceptable.» Conseiller municipal à Vernier, Stéphane Valente ne décolère pas. Une étude datée du 16 février dernier assure que les cuves exploitées par la société Petrostock, installées dans une zone d'activité et de logement denses, représentent un «risque acceptable» pour la population. Le rapport fait pourtant état d'une perte en vies humaines de 10% dans un rayon de 90 mètres autour des cuves en cas d'explosion suite à une fuite d'essence. «On atteindrait 450 morts dans le plus optimistes des scénarios», estime Stéphane Valente.

«La probabilité d'un tel accident est très faible», rétorque Alberto Susini, directeur du Service cantonal de l'environnement des entreprises qui a avalisé le rapport. «Toutes les conditions sont remplies pour une exploitation en toute sécurité», renchérit Fredy Kaufmann, directeur de Petrostock.

Un argument qui ne satisfait pas Vernier. Interpellé par le parlement communal, le Conseil administratif a décidé d'exiger des comptes à l'Etat, qui a la responsabilité de la surveillance des sites à risque. «Ce rapport est lacunaire, et compte-tenu des risques, nous allons demander la cessation immédiate des activités de Petrostock», lance Yvan Rochat, magistrat verniolan en charge du dossier. La balle est désormais dans le camp des autorités cantonales qui n'ont pas souhaité s'exprimer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!