Commerce: Pharmacies intégrées: Zur Rose et Migros s'activent
Actualisé

CommercePharmacies intégrées: Zur Rose et Migros s'activent

Le géant orange et Zur Rose vont étendre leur concept d'officines intégrées dans les centres commerciaux en 2020.

Le marché des médicaments se porte bien en Suisse. En 2018, il a enregistré une croissance de 2,2% sur un an à près de 6 milliards de francs.

Le marché des médicaments se porte bien en Suisse. En 2018, il a enregistré une croissance de 2,2% sur un an à près de 6 milliards de francs.

Keystone

Migros et Zur Rose veulent passer à la vitesse supérieure l'année prochaine avec leur concept de pharmacies intégrées dans les centres commerciaux. Après une phase test concluante dans quelques grandes villes, les deux partenaires veulent ouvrir de nouvelles officines.

La coentreprise entre le distributeur thurgovien de médicaments en ligne et Medbase, fournisseur de soins médicaux de Migros, va entrer dans sa phase active à partir du 1er janvier 2020, a détaillé Zur Rose vendredi dans un communiqué.

Après une phase pilote dans des filiales Migros à Berne, Bâle et Zurich, le géant orange et Zur Rose veulent étendre le concept à d'autres villes.

Les pharmacies existantes ainsi que l'officine de Zur Rose près de la gare centrale de Berne seront intégrées à la joint-venture et de nouveaux points de vente seront ouverts à la Migros de Crissier et au centre commercial Tivoli à Spreitenbach près de Zurich.

D'autres emplacements sont à l'étude, a assuré Zur Rose, sans plus de précision. Hormis la poursuite du développement du concept de pharmacies présentes à l'intérieur des magasins Migros («shop-in-shop»), le projet prévoit le lancement d'un portail internet destiné à la vente de produits de santé et de soins. A moyen terme, le site web doit devenir une place de marché accessible à d'autres vendeurs.

Extension vers le client final

Zur Rose et Migros avaient annoncé début juin vouloir renforcer leur coopération dans ce domaine. Les produits vendus au sein de la pharmacie intégrée du grossiste en médicaments sont proposés aux «mêmes prix bas attractifs» que ceux pratiqués par Zur Rose pour la vente par correspondance, avait récemment affirmé le groupe.

L'année dernière, Zur Rose avait expliqué qu'il voulait se concentrer sur les cantons où les médecins ne vendent pas de médicaments. Les cantons romands interdisent cette pratique, la propharmacie. Zur Rose tablait à l'époque «sur 20 à 30 pharmacies shop-in-shop en Suisse».

Le marché des médicaments se porte bien en Suisse. En 2018, il a enregistré une croissance de 2,2% sur un an à près de 6 milliards de francs, selon une étude d'Interpharma, l'Association des entreprises pharmaceutiques suisses.

Les analystes de Baader Helvea ont applaudi cette annonce, qualifiée de «solide nouvelle». Les deux co-entreprises vont renforcer la présence de Zur Rose en Suisse et étendre son activité à destination des consommateurs, ont-ils ajouté dans une note.

Cette année, le courtier anticipe pour le groupe un chiffre d'affaires de 1,45 milliard de francs, ce qui représenterait une solide hausse de 20%. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion