Lausanne/Neuchâtel: Philip Morris International: 170 emplois menacés
Actualisé

Lausanne/NeuchâtelPhilip Morris International: 170 emplois menacés

Le fabricant de tabac a annoncé lundi une réorganisation qui touche 170 postes de travail entre le site de Lausanne et celui de Neuchâtel.

Le groupe PMI emploie 3000 personnes en Suisse.

Le groupe PMI emploie 3000 personnes en Suisse.

Parmi les postes qui seront soit transférés, soit supprimés, 140 le seront à Lausanne et 30 à Neuchâtel, indique le groupe qui emploie 3000 personnes en Suisse.

«La restructuration prévue vise à réduire la complexité et à réallouer certaines ressources afin de mieux soutenir la croissance de PMI à long terme dans le monde», a précisé le groupe dans un communiqué.

«Nous opérons dans un environnement dynamique et concurrentiel qui nous oblige à évaluer continuellement nos opérations et à prendre des décisions difficiles», a expliqué le cigarettier à l'ATS. «Nous devons nous assurer que nous restons organisés de manière optimale».

Sur les 3000 employés suisses, un peu plus de 1950 travaillent dans les fonctions globales et régionales concernées par la restructuration. Cette dernière ne concerne aucune des autres entités basées en Suisse, à savoir la filiale du marché suisse Philip Morris S.A., le centre de recherche et développement de PMI et le centre de production basés à Neuchâtel.

Consultation jusqu'à mi-octobre

Le groupe «reste pleinement attaché à la Suisse et plus particulièrement aux villes de Neuchâtel et de Lausanne qui accueillent nos structures globales et opérationnelles pour le marché suisse», a déclaré Kevin Click cité dans le communiqué. Le senior vice-président des ressources humaines de PMI a également rappelé que l'entreprise a créé plus de 400 emplois en Suisse et investi 700 millions de francs depuis 2008.

Une consultation auprès des employés a été ouverte. Les collaborateurs sont invités à présenter leurs questions et commentaires jusqu'au 14 octobre.

L'entreprise les étudiera et y répondra pendant la semaine du 21 octobre. A ce moment-là les décisions finales concernant la réorganisation seront annoncées, a précisé Philip Morris.

Mauvaise nouvelle

PMI informera ses employés ainsi que les autorités. Si les plans de restructuration devaient aller de l'avant, les personnes concernées recevraient un soutien complet tant sur le plan financier qu'à travers un conseil à la recherche d'emploi.

«C'est une mauvaise nouvelle pour la place économique romande», a réagi le chef du Département de l'économie et des sports Philippe Leuba, qui se trouve actuellement en mission économique à Singapour. «La direction m'a informé jeudi dernier. Elle a confirmé qu'elle souhaitait rester en Suisse et procéder à de nouveaux investissements.»

Compte tenu de l'évolution du marché de la cigarette et des mesures prises contre les fumeurs dans les pays occidentaux, le groupe est contraint de déplacer certaines divisions dans les marchés dits porteurs, à savoir l'Asie, l'Europe de l'Est et l'Amérique du Sud, a expliqué le conseiller d'Etat. «Nous lui avons rappelé les droits des travailleurs lors de licenciements collectifs».

Même si les chiffres avancés devaient être corroborés au terme de la consultation, PMI emploiera toujours davantage de personnel qu'en 2008, a-t-il souligné. Il s'agit d'une entreprise «fair» et prête à discuter. A Lausanne, l'informatique et un peu de services généraux devraient être touchés, à Neuchâtel un peu de production, selon M.Leuba.

CCT à Neuchâtel

Les collaborateurs du site de Neuchâtel sont au bénéfice d'une Convention collective de travail, mais pas ceux de Lausanne, a relevé pour sa part Yves Defferard, responsable du secteur industrie d'Unia Vaud. La balle est dans le camp de ces derniers, s'ils souhaitent s'organiser et être défendus par le syndicat. (ats)

Ton opinion