Philippe Douste-Blazy parle de «crime contre l'humanité» à propos des enfants soldats
Actualisé

Philippe Douste-Blazy parle de «crime contre l'humanité» à propos des enfants soldats

Le recrutement des enfants soldats est un «crime contre l'humanité» et ceux qui le pratiquent devront rendre des comptes, a averti lundi le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy.

Une conférence sur le sujet a lieu lundi et mardi à Paris.

Cette réunion est coprésidée par le ministre français et par la directrice générale de l'Unicef, Ann Veneman. Elle se déroule en présence de tous les acteurs concernés, des Etats touchés par le phénomène en passant par les pays donateurs et les travailleurs de terrain.

«Il y a véritablement un crime contre l'humanité», a déclaré M. Douste-Blazy dans une interview à la radio Europe 1. «Mais surtout un enfant de la guerre, c'est autant de perdu pour la paix, autant de perdu pour la croissance».

«Il faut que ceux qui font ça sachent qu'ils ne vont pas passer à travers les mailles du filet», a averti le ministre, rappelant que 12 pays figurent sur une «liste noire» à l'ONU.

Dans le quotidien Le Figaro, M. Douste-Blazy avait comparé le fléau des enfants soldats à «une bombe à retardement qui menace la stabilité et la croissance de l'Afrique», et précisé que cette conférence avait pour but de rendre l'action plus efficace dans «la lutte contre le recrutement, la libération des enfants soldats et leur réinsertion».

Grande-Bretagne montrée du doigt

On estime à 250 000 le nombre d'enfants soldats dans le monde. M. Douste-Blazy a estimé qu'il devrait être «impossible», même dans les grandes démocraties comme la Grande-Bretagne, d'être soldat avant l'âge de la majorité.

«La question est de savoir si, oui ou non, on peut être soldat avant la majorité. Je pense que c'est absolument impossible», a-t- il déclaré.

«Nous sommes plusieurs à penser que dans les écoles de guerre, même dans les grandes démocraties, fût-ce aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, il ne faut pas que les enfants puissent rentrer avant l'âge de la majorité», a souligné M. Douste-Blazy.

Quinze soldats britanniques âgés de moins de 18 ans ont été envoyés combattre en Irak depuis 2003, en dépit de la ratification par la Grande-Bretagne d'un protocole de l'ONU sur les enfants soldats, a admis dimanche le ministre de la Défense britannique, Adam Ingram.

(ats)

Ton opinion