Actualisé 17.06.2008 à 16:13

Phoenix pourrait avoir découvert de la glace sur Mars

De la glace ou du sel? La sonde américaine Phoenix Mars, arrivée près du pôle nord de la planète rouge le 25 mai, a découvert une matière blanche mystérieuse.

Lancée l'été dernier de Cap Canaveral, Phoenix a pour mission de creuser le sol martien pour rechercher d'éventuelles traces de vie et dispose pour ce faire d'un bras robotisé de 2,5 mètres de long en titane et aluminium.

Le robot géologue a excavé ce week-end une tranchée de 30 cm de long et 7,5 cm de profondeur à partir de deux «saignées» qu'il avait créées. Le site des recherches se trouve au bord d'un relief en forme de polygone qui pourrait avoir été formé par la fonte saisonnière de glace souterraine.

Depuis le 3 juin, Phoenix a mis au jour des poussières et des traces d'une matière blanche mélangée à la terre rougeâtre. Des photos révèlent la présence de la mystérieuse substance dans une partie seulement de la tranchée, ce qui laisse penser qu'elle n'est pas présente de manière uniforme sur le site.

Phoenix prendra de nouvelles images de la tranchée, baptisée «Dodo-Goldilocks», dans les prochains jours. S'il s'agit de glace, hypothèse jugée la plus vraisemblable par les astronomes, la matière devrait passer de l'état solide à l'état gazeux sans passer par la forme liquide lorsqu'elle est exposée aux rayons du soleil.

«Nous pensons que c'est de la glace. Mais tant que nous ne la voyons pas disparaître on ne peut en avoir la certitude», a expliqué Ray Arvidson, un scientifique de la mission, de l'université de Washington à Saint Louis (Missouri).

Et si les scientifiques établissent que ce n'est pas de la glace mais du sel, ce serait également une découverte importante car ce serait le signe d'une probable évaporation d'eau dans le sol.

Phoenix a aussi commencé à utiliser un de ses huit minuscules fours, qui sont capables d'analyser le sol pour détecter des matières volatiles, comme de l'eau. La sonde a poursuivi ce week-end la «cuisson» de son premier échantillon de sol martien. «Le four fonctionne très bien et répond à nos attentes», se félicite Bill Boynton, de l'université d'Arizona, sur le site Internet de la mission.

Les résultats préliminaires de l'expérience menée à basse température n'ont révélé aucune trace d'eau ou de glace dans l'échantillon que Phoenix a commencé à analyser la semaine dernière. Les astronomes prévoient de le chauffer à nouveau cette semaine, précise M. Boynton, en charge de l'analyseur thermique et de gaz (TEGA) de la sonde.

Phoenix s'est posée dans les plaines arctiques de Mars le 25 mai après un voyage de 679 millions de kilomètres. Sa mission, estimée à 420 millions de dollars (270 millions d'euros), vise à déterminer si l'environnement polaire de la planète rouge pourrait être compatible avec l'apparition d'une forme de vie primitive.

La principale tâche du robot, dont la mission est prévue pour durer 90 jours, est de creuser dans la glace dont les chercheurs soupçonne la présence à quelques centimètres sous la surface. Le programme est géré par l'université de l'Arizona et le Laboratoire de propulsion à réaction (JPL) de la NASA à Pasadena. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!