Yearbook de la honte (USA) - Photos jugées trop débridées: l’école photoshope ses étudiantes
Publié

Yearbook de la honte (USA)Photos jugées trop débridées: l’école photoshope ses étudiantes

Un établissement scolaire a censuré l’album de fin d’année en recouvrant les bustes de plus de 80 étudiantes. Les familles des concernées exigent des excuses.

Quand la jeune Riley, 15 ans, a reçu son album de fin d’année, elle n’en a pas cru ses yeux. Son école, la Bartram Trail High School, située en Floride, aux États-Unis, a pris la liberté de retoucher sa photo. Comme l’a rapporté le New York Times dimanche, une bande noire a été ajoutée par l’établissement scolaire pour couvrir davantage la poitrine de l’adolescente.

Plus de 80 élèves concernées

Après avoir écumé les pages du fameux «Yearbook», la jeune élève a remarqué qu’au moins une douzaine de ses camarades avaient subi le même sort. Au final, plus de 80 images ont été photoshopées par l’école afin de cacher le buste des étudiantes.

«Honteuses de leurs corps»

Plusieurs élèves se sont plaintes du traitement apporté à leur image, considérée comme sexualisée. De nombreuses adolescentes et leurs parents exigent maintenant des excuses. Riley a expliqué au journal américain qu’elle souhaitait que l’établissement scolaire reconnaisse ses torts et le fait que de pareilles actions avaient pu induire chez certaines jeunes filles un sentiment de «honte de leurs corps».

Série de mesures

D’après de nombreux parents et élèves, la modification de photos est la dernière mesure de toute une série de démarches prises par l’école pour contrôler la façon dont les filles s’habillent. Le règlement de l’école stipule en effet qu’il est interdit de porter des hauts qui ne couvrent pas «toute l’épaule» ainsi que des shorts ou des jupes à plus de 10 cm au-dessus du genou. Le code vestimentaire précise encore que les chemises doivent être «modestes et non révélatrices ou distrayantes».

L’école offre un remboursement

L’établissement n’a pas souhaité commenter l’incident pour le moment. Toutefois, Christina Langston, une porte-parole du district a expliqué: «Pour les éditions précédentes, l’école avait simplement décidé de ne pas publier les photos des élèves qu’elle jugeait en violation avec le code vestimentaire. Cette année l’établissement s’est autorisé des modifications numériques pour s’assurer que tous les étudiants figurent dans l’album.» Elle a ajouté qu’un remboursement de celui-ci était possible.

(mat)

Ton opinion

116 commentaires