FESTIVAL: Pierre Keller et Ricky Martin à l'affiche du Jazz

Actualisé

FESTIVALPierre Keller et Ricky Martin à l'affiche du Jazz

A l'occasion de la sortie du livre «Esthètes d'affiches», l'ex-directeur de l'ecal donne son avis sur les affiches du festivals. Croustillant. Tout comme la présence sur scène ce soir du chanteur portoricain.

par
L.Boissonnas/J.Delafontaine/F.Eckert

PIERRE KELLER: «PHIL COLLINS EST LOIN D'ÊTRE GRAPHISTE»

«Esthètes d'affiches» rend hommage aux créateurs visuels du festival. Peintres, graphistes, mais également musiciens s'y sont frottés. Avec des résultats contrastés

.

«Phil Collins est bon musicien. Par contre, il est loin d'être graphiste!» Ancien directeur de l'École cantonale d'art de Lausanne, Pierre Keller ne mâche pas ses mots quand il évoque les talents de dessinateur du batteur de Genesis. «Son affiche pour l'édition 1998 ne valait pas deux sous artistiquement.» A l'occasion de la sortie du livre qu'il préface, le graphiste vaudois revient sur son boulot de responsable du visuel du festival, qu'il assure depuis 1982. «J'avais convaincu Claude Nobs en le squattant dans un vol New York-Genève», raconte-t-il.

Dès lors, les plus grands artistes ont été recrutés: Jean Tinguely, Keith Haring, Andy Warhol ou Niki de Saint Phalle. Toutefois, Pierre Keller se rappelle une période moins glorieuse, «où l'on a pensé à tort que les musiciens pouvaient être aussi dessinateurs». Si David Bowie reste une exception («un excellent peintre»), les créations artistiques des stars n'ont pas convaincu son œil critique. «Beaucoup de musiciens envoyaient des choses épouvantables. Je les refusais en prétextant avoir trois éditions d'avance», s'amuse-t-il. «Le Paléo s'adresse à des étudiants pour la conception du visuel. Moi, j'ai toujours sollicité des artistes. En plus, ça éduquait Claude Nobs, qui ne connaissait rien à l'art contemporain!» Quant à l'affiche 2011, l'ancien directeur d'école la juge «très bonne pour le merchandising».

RICKY MARTIN : UN, DOS, TRES... ET LE REVOILÀ!

Le Portoricain est revenu d'une longue traversée du désert grâce à un coming out providentiel. Mais qu'en est-il de sa musique?

Souvenez-vous, c'était le playboy sorti de nulle part qui faisait craquer la planète avec son sourire Colgate à la fin des années 1990. Ricky Martin, toutes les filles mouillaient leur petite culotte en le voyant interpréter «(Un, dos, tres) Maria» (1997), «La Bomba» (1998) ou encore «Livin' la Vida Loca» (1999).

Après 35 millions de disques écoulés en un temps record, le chanteur était retombé dans l'oubli. Musicalement, en tout cas. Car, dans la presse people, l'artiste a refait abondamment parler de lui l'an dernier, en révélant son homosexualité. Ce coming out est tombé quelques mois avant la sortie de son nouvel album, «Musica Alma Sexo». Une pure coïncidence? Évidemment non. Dans ce métier, tout est bon pour tenter de ressusciter. Sauf que là, à part au Montreux Jazz, l'opération marketing a fait un flop.

Ricky Martin

En concert au Stravinski, ce soir dès 20h (de 85 à 240 fr.).

THE SHOES : LAISSEZ-VOUS GIFLER

Avec ce groupe, on prend une claque. Elle est si bonne qu'on n'a qu'une envie: tendre l'autre joue. Après son concert aux Eurockéennes, on distinguait, sur les visages choqués, non pas des marques rouges, mais des sourires béats. The Shoes avait frappé!

Son electro ne fait pas dans le détail: rapide, énergique et percutante. Soutenu par deux barges aux batteries, le combo rémois nous retourne le cerveau et nous emmène sur un grand huit sans freins. Sensations fortes garanties. Mais à déconseiller aux femmes enceintes, aux épileptiques et aux cœurs sensibles. Pour les autres, tendez la joue et laissez-vous faire...

The Shoes

En concert au Jazz Café, ce soir dès 22h (entrée libre).

HARDWELL : LA VALEUR N'ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNÉES

Tiësto, Laidback Luke ou Armin van Buuren ont déjà fait appel à lui. Un certain gage de qualité. Le Néerlandais Hardwell, 23 ans, est certes un talentueux remixeur, mais il produit aussi ses propres titres electro, réalisés tout en finesse.

Et comme deux jeunes valent mieux qu'un, il sera accompagné par le «régional de l'étape», Fred Lilla, 18 ans, de Blonay.

Hardwell

DJ Set au Studio 41, ce soir dès 23h (entrée libre).

EN BREF

- Blake improvise: Les visiteurs du Centre des congrès n'en croyaient pas leurs yeux, hier vers 18h. James Blake était au piano. La raison? Il a tout simplement eu envie d'en jouer. Les badauds ont donc eu droit à un concert. A l'œil!

- Les artistes en vidéo : Sur le site internet de «20minutes», découvrez la canadienne Melissa auf der Maur et le groupe allemand Guano Apes, tous deux en concert lundi soir, se confiant en interview à nos caméras.

LE PROGRAMME D'AUJOURD'HUI

Stravinski (85 à 240 fr.), 20h.

- Ruben Blades

- Jimmy Bosch & The Roberto Delgado Orchestra

- Ricky Martin

Miles Davis (80 à 200 fr.), 20h30

- Trombone Shorty & Orleans Avenue 7/6

- Leon Russell

- Dr John & The Lower 911

Parc Vernex (gratuit)

Malbank Big Band : 15h

Southampton University Jazz Orchestra : 16h30

Brighton College Swing Band:18h15

Jack Savoretti : 20h30

Mirrorfield : 23h

Workshops, Petit Palais (gratuit)

Andreas Vollenweider : 13h 

Piano Competition, Montreux Palace (gratuit)

Pity Cabrera : 16h

Jarrett Cherner : 16h10

Samvel Gasparyan : 16h20

Max Haymer : 16h30

Jerry Leonide : 16h40

Emil Mammadov : 17h20

Andrey Marukhin : 17h30

Piotr Ozechowski : 17h40

Jeremy Siskind : 17h50

Rafael Zaldivar : 18h

Jazz Café (gratuit), dès 22h.

Housse De Racket, The Shoes, A Soul Tribe.

Studio 41 (gratuit), dès 23h.

Fred Lilla, Hardwell.

Toute l'actualité musicale (festivals, concerts, artistes, concours...) de 20 Minutes:

Sur Facebook

Ton opinion