Actualisé 21.04.2013 à 08:52

GenèvePierre Maudet défend la légalité de Champ-Dollon

Champ-Dollon est dans les normes européennes, selon Pierre Maudet. Pour le libéral-radical, faire dormir des détenus sur des matelas à même le sol n'est pas illégal.

«Nous sommes dans les normes européennes, et tant qu'on ne descend pas au-dessous, cela me va», affirme le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet à propos de la prison de Champ-Dollon. Celle-ci vit une situation très tendue, avec quelque 800 détenus pour 400 places prévues.

«On est au minimum des standards les plus élevés au monde. Je ne connais pas de normes qui soient plus élevées que celle du Conseil de l'Europe», relève le magistrat en charge de la sécurité dans un entretien publié par «Le Matin Dimanche». Il admet toutefois que «la situation est hautement problématique dans bien des domaines».

Mais le libéral-radical exclut de renoncer à arrêter les criminels parce les prisons sont pleines: «A-t-on le choix de dire 'on arrête d'arrêter, on laisse les violeurs et les braqueurs à l'extérieur et on s'occupera vraiment de sécurité dans trois ou quatre ans lorsqu'on aura pu construire nos places de prison?' C'est indéfendable».

Et le magistrat d'expliquer que l'option qui a été prise par Genève, a contrario d'autres cantons, c'est de dire que ce n'est pas le nombre de places qui définit le nombre de détenus. «La sécurité, dans un Etat de droit, c'est aussi la capacité de mettre hors d'état de nuire des gens qui ne sont pas exactement des voleurs de Carambar».

Pas illégal de dormir par terre

Interrogé sur la décision d'un tribunal vaudois qui a jugé illégal de faire dormir un détenu sur un matelas au sol à la prison du Bois-Mermet à Lausanne, Pierre Maudet estime que cela reste à démontrer. Il se dit «curieux de voir la décision finale qui sera prise, car je ne doute pas que l'Administration pénitentiaire vaudoise fera recours».

S'agissant de Genève, l'argument a déjà été invoqué et balayé par les tribunaux, relève M. Maudet. «Donc, non, ce n'est pas illégal». Le conseiller d'Etat rappelle aussi que des mesures urgentes et immédiates ont été prises, avec notamment une planification qui double le nombre de places à l'horizon 2017. Dans l'immédiat, le ratio gardiens-détenus est également augmenté. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!