Genève: Maudet condamné pour son voyage à Abu Dhabi
Publié

GenèveMaudet condamné pour son voyage à Abu Dhabi

Le conseiller d’État a été reconnu coupable d’acceptation d’un avantage pour son excursion dans l’émirat. Il a en revanche été acquitté pour le volet du sondage.

par
Léonard Boissonnas
Le procès de Pierre Maudet s’est déroulé de lundi à jeudi, la semaine passée.

Le procès de Pierre Maudet s’est déroulé de lundi à jeudi, la semaine passée.

20min/Marvin Ancian

«La faute de Pierre Maudet est importante», a notamment déclaré la présidente du Tribunal de police, Sabina Mascotto, en rendant son verdict lundi en fin d’après-midi. Elle a condamné le conseiller d’État démissionnaire à une peine de 300 jours-amende à 400 francs par jour avec sursis, avec un délai d’épreuve de deux ans, pour son voyage tous frais payés à Abu Dhabi en 2015. Pour la magistrate, Pierre Maudet a bien accepté un avantage dont la valeur de 50’000 francs était bien supérieure aux 150 francs admissibles pour un conseiller d’État genevois.

Si Pierre Maudet a bien été convié comme conseiller d’État, cela n’en faisait pas une invitation officielle, a statué la juge. Dès le début et en tout temps, a-t-elle souligné, il a été question d’un voyage en famille. Or, si l’élu avait envisagé ce déplacement comme étant officiel, il y serait allé seul et pas avec ses proches. Pierre Maudet et son ex-bras droit, avec qui il était parti, étaient conscients qu’il s’agissait d’un avantage indu, et leurs mensonges ultérieurs le confirment, a poursuivi la présidente du tribunal. Les deux hommes ont accepté le risque que ce voyage leur soit offert dans le but de les influencer dans l’exercice de leur fonction.

Mauvaise collaboration

Pour la juge, Pierre Maudet aurait dû financer le voyage lui-même ou y renoncer. Il a agi par convenance personnelle, a-t-elle ajouté. La collaboration du magistrat a été «mauvaise», il a dissimulé des preuves notamment. Cependant, il a exprimé des regrets, a encore relevé Sabina Mascotto, qui a acquitté le conseiller d’État sur le volet du sondage électoral de 2017 payé par deux coprévenus: «Ce financement n’est pas un avantage indu.» Pierre Maudet devra en outre s’acquitter d’une créance compensatrice de 50’000 francs pour le voyage. Pour rappel, le premier procureur Stéphane Grodecki avait requis une peine privative de liberté de 14 mois avec sursis contre le conseiller d’Etat.

Appel à venir

Après le jugement, Pierre Maudet s’est dit «en partie satisfait» d’un verdict nuancé qui toutefois «maintient un reproche». Une fois sa déclaration faite, l’élu n’a pas voulu s’exprimer. Un de ses avocats, Me Grégoire Mangeat, a annoncé un appel pour faire établir son «innocence».

Coprévenus coupables

Les coprévenus de Pierre Maudet ont été reconnus coupables. Son ex-chef de cabinet, Patrick Baud-­Lavigne, a notamment écopé de 360 jours-amende pour acceptation d’un avantage, violation du secret de fonction et instigation à abus d’autorité. Les promoteurs Magid Khoury et Antoine Daher ont été condamnés pour octroi d’un avantage respectivement à 240 jours-­amende et à 180 jours-amende avec sursis. L’ex-chef du Service du commerce, coupable d’abus d’autorité, a été exempté de peine.

Ton opinion