Augmentation des primes de 8,7 %: Pierre-Yves Maillard «écoeuré et très en colère»
Actualisé

Augmentation des primes de 8,7 %Pierre-Yves Maillard «écoeuré et très en colère»

Réagissant à l'annonce de la forte augmentation des primes maladie pour 2010, Pierre-Yves Maillard, président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), se dit «écoeuré».

«Je suis très en colère contre l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)», ajoute le socialiste vaudois.

Les corrections apportées par les fonctionnaires fédéraux aux primes qui leur sont soumises par les caisses sont «anecdotiques», selon M.Maillard. L'intervention de l'OFSP a permis d'amoindrir la hausse de 0,22 point seulement. «Tout ce bazar pour ça, c'est dérisoire», dénonce le conseiller d'Etat, interrogé par l'ATS.

De plus, la hausse moyenne, de 8,7% au plan national, ne veut rien dire. Elle cache des «disparités énormes». Certaines personnes voient leur prime grimper de 40%, rappelle Pierre-Yves Maillard.

Cerise sur le gateau, selon le socialiste, «il y a zéro logique dans tout cela. Certaines caisses avec de bonnes réserves augmentent leurs primes massivement. Les décisions des assureurs obéissent plus à une stratégie de positionnement sur le marché qu'à la réalité des chiffres».

Changer de système

Moralité: pour Pierre-Yves Maillard, «il n'est plus possible de continuer avec un système pareil et il faut une fois pour toutes poser la question du financement». «Couchepin et les assureurs ont réussi pendant des mois à détourner le débat en ne parlant que de la maîtrise des coûts. C'est un vrai scandale».

Parmi les pistes à explorer, M.Maillard cite «la mutualisation des réserves dans un pot commun et une meilleure prise en compte du volet social». «La classe moyenne et les familles sont actuellement matraquées», dénonce encore le président de la CDS, «qui plus est par ceux-là même qui en 2007 les ont trompées en faisant campagne contre la caisse unique à coup de millions prélevés sur leurs primes».

(ats)

Ton opinion