Actualisé

Crise en LibyePilonnage sur les rebelles de Ras Lanouf

Un violent pilonnage était entendu mercredi à l'ouest de la ville de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye, selon des journalistes sur place.

Une vingtaine d'obus d'artillerie de l'armée libyenne sont tombés mercredi près d'une position rebelle à environ 5 km à l'ouest du port pétrolier de Ras Lanouf, dans l'est du pays, selon des journalistes sur place. Les rebelles ont répliqué.

Les premiers obus se sont abattus respectivement à environ 300 mètres à l'ouest et au sud de ce barrage volant installé par les insurgés, apparemment sans faire de victime, selon la même source.

Une vingtaine au total sont tombés à environ 500 mètres de cette position, dont un sur la route, ont constaté les journalistes de l'AFP sur place.

Les rebelles ont répliqué par le tir d'une quarantaine de roquettes de type Katioucha montées sur deux camions et de deux missiles antiaériens, dont l'un a touché une antenne relais téléphonique à près de 2 km alors que les tirs d'artillerie intensifs se poursuivaient, selon les mêmes sources.

Quelque 200 rebelles

A environ 10 km à l'ouest s'élevaient deux énormes nuages de fumée noire, indiquant apparemment que les tirs des rebelles avaient touché une cible.

Un rebelle a diffusé par haut-parleurs une chanson de l'insurrection intitulée «Nous resterons ici jusqu'à ce que la douleur s'arrête».

Plus tôt à ce même barrage, quelque 200 rebelles s'étaient déployés sur de petites collines autour de la route.

«Aujourd'hui, nous avons établi des positions défensives plus en avant. Hier, nos forces ont avancé vers Ben Jawad mais nous avons été repoussés parce qu'il y avait un pilonnage intensif», a dit à des journalistes le colonel Massoud Mohammed, en référence à cette localité à quelques 30 km plus à l'ouest et reprise dimanche par les forces loyales au colonel Kadhafi.

Blessés

«Les forces de Kadhafi sont à Ben Jawad, ils occupent la mosquée et l'école. Aujourd'hui, nous n'attaquons pas encore», a-t-il ajouté.

Il a aussi fait état de quatre frappes aériennes près de Ben Jawad mercredi matin, ajoutant que plusieurs rebelles avaient été blessés, sans plus de détails.

Les rebelles ont ensuite ramené les journalistes vers l'arrière, affirmant qu'il était dangereux de rester.

Autre mesure évoquée auparavant

Un journaliste de l'AFP se tenant à l'entrée de la zone résidentielle de Ras Lanouf, tenu par les insurgés, a par ailleurs vu de la fumée apparemment en provenance d'une frappe aérienne ou d'un pilonnage à 4 km plus au sud. Il n'a pas été en mesure d'identifier la cible.

A un barrage de Ras Lanouf, une lettre de religieux musulmans libyens a été lue aux combattants rebelles à travers des mégaphones. Ils y expriment leur soutien aux combattants mais les exhortent à être disciplinés. «Suivez les ordres, obéissez aux commandants sur le terrain», indique la lettre. «Dispersez-vous maintenant», a ensuite indiqué celui qui la lisait.

Mardi, l'essentiel des bombardements s'était concentré sur un secteur à environ 13 km à l'ouest de Ras Lanouf, sur la route de Ben Jawad. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!