Yverdon-les-Bains (VD) - Pincé avec une caméra dans son maillot, au service de sites pornos
Publié

Yverdon-les-Bains (VD)Pincé avec une caméra dans son maillot, au service de sites pornos

Un Français de 59 ans s’est rendu au centre thermal pendant près d’un an pour filmer des femmes dévêtues ou nues dans les vestiaires. Il vient d’être condamné par ordonnance pénale.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Un pervers qui filmait des femmes dans les bassins et les vestiaires du centre thermal a été condamné pour «violation de domicile».

Un pervers qui filmait des femmes dans les bassins et les vestiaires du centre thermal a été condamné pour «violation de domicile».

Odile Meylan/24heures

Le pervers qui a écumé les bains d’Yverdon au moins à treize reprises entre janvier et novembre 2018 semblait particulièrement doté par la nature. Mais derrière l’apparence d’attributs surdimensionnés se cachait une caméra GoPro que le Français de 59 ans domicilié dans le Gros-de-Vaud dissimulait dans son maillot de bain. Robert* filmait en effet à leur insu des femmes peu vêtues ou complètement nues alors qu’elles se trouvaient dans les cabines des vestiaires ou dans les bassins de l’établissement. Il postait ensuite ses prises sur des sites pornographiques. En tout, il y a eu quelque 500 vidéos diffusées. Ces publications ont été portées à la connaissance de la direction du centre thermal, qui a alors discrètement accru sa vigilance. Robert a fini par être pincé le 29 novembre avec son outil fétiche dans son maillot de bain. Le centre thermal a déposé plainte.

Dans le plus simple appareil

L’affaire avait été ébruitée par «24 heures». «L’auteur, qui s’est rendu à de nombreuses reprises au centre thermal comme simple client, ne s’est pas contenté de balader discrètement sa caméra dans l’eau des bassins. Il a suivi ses victimes dans les couloirs, les douches et les cabines du site de détente pour les filmer, en petite tenue le plus souvent, parfois aussi dans leur plus simple appareil. Certaines séquences le mettent lui aussi en scène, le sexe hors du slip de bain, en train de se toucher à proximité des baigneurs», révélait le quotidien vaudois. En tant que contributeur de sites pornos, le pervers avait acquis un certain succès. Sur les quelque 500 vidéos diffusées et dont beaucoup ont été supprimées, «50 totalisent à elles seules quelque quatre millions de vues», indiquait le quotidien vaudois en 2019.

Le quinquagénaire est accusé notamment de violation de domicile. Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, «lorsqu’un lieu est ouvert au public dans un but précis et que celui-ci est clairement reconnaissable pour chacun, celui qui y pénètre en poursuivant d’autres objectifs agit contre la volonté de l’ayant droit». La procureure Florence Jolliet a estimé qu’il n’y avait pas l’ombre d’un doute: Robert ne se rendait pas dans l’établissement pour profiter des bains, «mais uniquement pour laisser libre cours à ses pulsions libidineuses et collecter des images à l’insu de la clientèle féminine dont il n’a pas hésité à violer sournoisement l’intimité».

Des jours-amende avec un sursis de 2 ans

Comme si l’interdit l’émoustillait, Robert a déclaré qu’il voulait relever «le défi» de violer l’intimité des femmes sans se faire pincer et a admis qu’il agissait par voyeurisme. La procureure a également acquis la conviction que Robert a violé le règlement général de police de la commune d’Yverdon-les-Bains en se masturbant dans les bains. Il a été condamné à une peine de 30 jours-amende à 50 fr avec un sursis de 2 ans, d’une amende de 450 fr. Il a également dû s’acquitter des frais de procédure de 2’720 fr. Quant à la fameuse caméra de Robert, elle a été confisquée et détruite.

*Prénom d’emprunt

Ton opinion