Influenceuse végane: Pincée en mangeant du poisson, elle se confesse
Actualisé

Influenceuse véganePincée en mangeant du poisson, elle se confesse

La youtubeuse Yovana Mendoza Ayres, connue pour vanter les mérites du végétalisme cru, a été pincée en train de manger du poisson. Elle explique son geste par des problèmes de santé.

par
ofu
1 / 7
Rawana, alias Yovana Mendoza Ayres, vante régulièrement les mérites d'un régime végétalien cru.

Rawana, alias Yovana Mendoza Ayres, vante régulièrement les mérites d'un régime végétalien cru.

Instagram
L'influençeuse compte près de 1,8 millions de followers sur YouTube et Twitter.

L'influençeuse compte près de 1,8 millions de followers sur YouTube et Twitter.

Instagram
Instagram

Rawana - contraction entre son prénom Yovana et le mot raw (cru en anglais) - a plus d'1,3 million de followers sur Instagram. Sur YouTube et Twitter, plus de 1,8 million de personnes font appel à elle pour obtenir des conseils sur le régime végétalien cru, qu'elle suit depuis plusieurs années, rapporte le quotidien «Metro».

Or il y a peu de temps, la jeune femme de 29 ans a commencé à réintégrer discrètement du poisson et des oeufs dans son alimentation...sans en informer ses fans. Forcément, quand l'un d'entre eux l'a vue en train de manger un poisson dans un restaurant, elle a été forcée de s'expliquer.

Dans une vidéo publiée la semaine dernière, elle s'excuse auprès de sa communauté. Yovana Mendoza Ayres explique avoir dû revoir son alimentation à cause de problèmes de santé.

Un corps «préménopausé»

La Youtubeuse confesse qu'elle n'a plus eu ses règles pendant près de deux ans à cause de son régime draconien. Son médecin lui aurait même annoncé que son corps était «préménopausé» et qu'elle souffrait d'anémie. Au fil du temps, l'influenceuse a même développé une candidose vaginale (ndlr: une infection du vagin et des tissus) ainsi qu'une prolifération bactérienne intestinale.

Face à tous ces problèmes, Rawana dit ne pas avoir eu d'autre choix que de prendre «des mesures d'urgence» pour guérir.

Ton opinion