Genève: Pipis de chiens: le coup de gueule de Poggia agace
Actualisé

GenèvePipis de chiens: le coup de gueule de Poggia agace

Le conseiller d'Etat s'est fendu sur les réseaux sociaux d'un post dénonçant les déjections sur le trottoir, ce qui a enragé certains maîtres.

par
mpo
Le cliché montre un trottoir sali par les déjections canines.

Le cliché montre un trottoir sali par les déjections canines.

DR

Le conseiller d'Etat Mauro Poggia a déchaîné les passions après un post sur Facebook dénonçant les pipis de chiens sur les trottoirs. Cent cinquante commentaires en un peu plus de trois heures. Pour un dimanche matin entre neuf heures et midi, le score est honorable sur un réseau social. Sauf que les réactions sont pour la plupart outrées.

Dimanche, aux alentours de neuf heures du matin, le magistrat MCG a posté une photo sur Facebook. Le cliché montre un trottoir strié de traces d'urine de chiens ayant fait leurs besoins contre une haie. Le trottoir étant en pente, les déjections ont ensuite coulé jusque du côté de la route. Mauro Poggia s'interroge quant au fait d'avoir laissé les toutous se soulager en «amont», plutôt qu'en «aval».

Moins d'une heure après, le post de l'élu est partagé sur une page regroupant les propriétaires de canidés par le président de l'association des maîtres genevois, Manuel Alonso Unica. «M. Poggia s'en prend aux chiens et à leur nature. N'hésitez pas à lui laisser un commentaire dans son post.»

Pluie de commentaires

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la recommandation a été suivie. Sur le mur de l'élu, les commentaires pleuvent. Et ils sont virulents: «Et si vous vous mettiez à votre travail?» «N'y a t-il pas de sujets plus importants à traiter dans votre mega ministère que faire une photo d'un pipi de chien.» «Dans les rues des Pâquis ce sont les fêtards et les dealers qui laissent des traces, et bien plus odoriférantes que celle de nos chiens...» Dans le méli-mélo de réactions, tout y passe, les missions du magistrat, les nuisances des fêtards, les incivilités cyclistes ou encore la présence sur le trottoir de deux-roues.

Certains ont tout de même pointé la responsabilité des maîtres sur le choix du lieu du pipi. D'autres ont réussi à faire un peu d'humour: «En tout cas on ne peut pas dire que cette question matinale et dominicale ne manque pas de 'chien'...»

Il faut plus de respect

Contacté, Mauro Poggia «regrette ces réactions virulentes». Il explique constater tous les jours devant chez lui ces traces d'urine. «Aujourd'hui, il y en avait encore plus que d'habitude. J'ai donc mis une photo sur Facebook pour exprimer mon ras-le-bol, mais avec une touche d'humour. Les incivilités, ce ne sont pas que des tags ou du bruit.» Le conseiller d'Etat estime que faire attention à ce type de détails fait partie du respect à avoir lorsqu'on vit en société. Il précise tout de même que «la majorité des maîtres sont respectueux».

Ton opinion