Méthodes de la CIA: Pistolet et perceuse électrique pour faire parler un terroriste
Actualisé

Méthodes de la CIAPistolet et perceuse électrique pour faire parler un terroriste

Les agents de la CIA ont employé des pistolets et des perceuses électriques pour tenter de faire parler un membre du réseau Al-Qaïda qu'ils avaient capturé.

Le Washington Post, qui cite un rapport d'un haut responsable de l'agence de renseignement américaine, ainsi que d'anciens et actuels responsables américains, indique que ces méthodes d'interrogatoires ont été employées sur le Saoudien Abd al-Rahim al-Nashiri.

Celui-ci est le principal suspect de l'attentat contre le navire américain USS Cole le 12 octobre 2000 au Yémen, qui a tué 17 Américains et fait 50 blessés.

Capturé en novembre 2002 et détenu pendant quatre ans dans une des prisons secrètes de la CIA, avant d'être transféré à Guantanamo, il a aussi été soumis à la technique de la simulation de noyade, considérée comme de la torture, tout comme deux autres membres du réseau terroriste, comme l'a reconnu la CIA.

Le rapport, rédigé en 2004, fournit de nouveaux détails sur les méthodes d'interrogatoires utilisées pour faire parler Nashiri, menacé de mort ou de graves blessures s'il refusait de coopérer, indique le Post.

Un agent de la CIA a ainsi exhibé devant Nashiri un pistolet lui laissant croire qu'il allait le tuer, rapporte le Washington Post, qui cite des sources anonymes.

Au cours d'un autre interrogatoire, une perceuse électrique a été maintenue près du corps de Nashiri, et allumée puis éteinte à plusieurs reprises, est-il écrit dans le rapport cité par le journal.

La loi fédérale sur la torture interdit aux Américains de menacer de mort imminente quiconque serait sous sa responsabilité, souligne le quotidien. (afp)

Ton opinion