Actualisé 27.07.2011 à 12:36

Hygiène à la peinePizzas douteuses dans le Jura

Des contrôles effectués dans des restaurants jurassiens ont révélé un défaut d'hygiène dans 95% d'entre eux.

Certaines pizzerias jurassiennes ont dû souci à se faire.

Certaines pizzerias jurassiennes ont dû souci à se faire.

Il faut avoir l'estomac bien accroché pour manger dans certaines pizzerias jurassiennes. Selon une analyse récente du Laboratoire cantonal, 95% des restaurants contrôlés ne respectent pas les normes d'hygiène et de conservation des aliments! Et 37% des échantillons prélevés étaient non-conformes aux normes d'hygiène. La situation s'est encore détériorée depuis 2009 et des sanctions vont être prises.

L'entreposage trop long en grande quantité à température ambiante et une hygiène insuffisante des mains du personnel sont parmi les principaux problèmes relevés, précise mercredi le Laboratoire cantonal. Le jambon et les fruits de mer sont les ingrédients les plus problématiques. Une contamination croisée provenant d'ustensiles utilisés aussi bien pour les produits crus que pour les produits cuits est également en cause.

La situation s'est encore dégradée depuis la précédente analyse de 2009. A l'époque, 11 établissements sur les 15 contrôlés posaient problème. En 2011, 20 établissements sur 21 se sont révélés non-conformes.

Les établissements contrôlés en 2009 n'ont pas retenu la leçon. Sur neuf analysés, cinq ne montraient pas d'amélioration et quatre une situation encore pire en 2011.

Jambon et fruits de mer douteux

En 2011, le Laboratoire a analysé 102 échantillons et 37% se sont avérés non-conformes aux normes d'hygiène. Le jambon et les fruits de mer sont en première ligne des produits douteux. Le thon, les champignons et les artichauts posent aussi souvent problèmes. Et même les olives ou les pommes de terre cuites ne sont pas toujours au-dessus de tout soupçon.

Six échantillons contenaient des germes produisant des toxines non détruites par la cuisson. Le laboratoire cantonal précise qu'il n'y a généralement pas de danger immédiat pour la santé, car le produit final est cuit. Mais des produits de moindre qualité sont une tromperie pour le consommateur.

En ce qui concerne les huiles de friture, la campagne d'analyse effectuée actuellement montre un bilan intermédiaire satisfaisant. En effet, 82% des restaurants contrôlés utilisaient des huiles conformes.

Les restaurateurs ont été informés de la situation. Des mesures de suivi seront effectuées et les autorités prononceront des sanctions. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!