Actualisé

LausannePlaines-du-Loup: «une ville dans la ville»

La municipalité de Lausanne met en consultation jusqu'au 19 juin son projet d'écoquartier aux Plaines-du-Loup, sur les hauts de la ville. L'ensemble devrait accueillir près de 10'000 personnes.

L'écoquartier est prévu dans la zone entre la Pontaise et la Blécherette.

L'écoquartier est prévu dans la zone entre la Pontaise et la Blécherette.

Le projet, un des éléments forts de Métamorphose, est conséquent: accueillir 6900 habitants et 3100 emplois sur une surface de près de 40 hectares. «Nous allons mettre en place une ville dans la ville», a expliqué lundi à la presse le municipal Olivier Français.

Grandes lignes

Avec son collègue Grégoire Junod, le directeur des Travaux a dévoilé le Plan directeur localisé (PDL) qui trace les grandes lignes de l'écoquartier prévu entre la Pontaise et la Blécherette. Ce PDL servira de base à l'élaboration des plans partiels d'affectation qui préciseront les modalités de l'écoquartier.

Cette phase de consultation - à ce stade les oppositions ne sont pas possibles - permettra au dossier d'évoluer. Selon les réactions et les propositions, la municipalité amendera le projet, qui devrait être soumis au Conseil communal avant la fin de l'année.

Maquette géante

Pour impliquer la population dans la démarche, la ville présente le projet, avec une grande maquette, aux Arches du Grand Pont, en plein centre-ville. Des visites guidées, des tables rondes et une page sur Facebook permettront au public de donner son avis.

L'écoquartier n'est pas qu'un projet de logement, il implique la construction d'un nouveau quartier avec des équipements sportifs et scolaires, a expliqué Grégoire Junod, directeur du logement. La ville, qui possède 95% des terrains, promet une mixité sociale, avec un tiers de logements en marché libre, un tiers subventionnés et un tiers en coopératives d'habitants ou à loyer régulé.

Pas un quartier de bobos

«Nous n'allons pas faire un quartier de bobos, toutes les couches sociales, toutes les générations seront présentes», a assuré Grégoire Junod. Le quartier sera connecté au futur métro M3. Les espaces verts seront valorisés. Les bâtiments auront pour certains sept à huit niveaux, pour d'autres trois à cinq niveaux.

Les bâtiments consommeront trois fois moins d'énergie que des bâtiments standards, les émissions de CO2 seront divisées par sept. «Cela représente ce qu'on consommait en moyenne dans les années 60», a expliqué le municipal du logement.

Les travaux seront réalisés par secteurs. Le premier PPA pourrait être prêt d'ici 2016 ou 2017. Le réaménagement pourra débuter lorsque les actuels terrains de sport auront été déplacés plus haut, à la Tuilière, première étape du projet Métamorphose. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!