Actualisé

Affaire KadhafiPlainte déposée par Tripoli

L'affaire Kadhafi prend une nouvelle dimension. La Libye a déposé mercredi une plainte civile à l'encontre de l'Etat de Genève.

Elle réclame réparation pour l'arrestation, l'été dernier, d'Hannibal Kadhafi, le fils du colonel, et de sa femme.

Le Tribunal de première instance a été saisi, a indiqué mercredi soir à l'ATS l'avocat de la Libye Charles Poncet, confirmant une information révélée par le site internet de la Télévision suisse romande (TSR). La plainte évoque la disproportion des moyens engagés par la police genevoise pour arrêter le couple Kadhafi dans son hôtel.

Convention de Vienne

La Libye estime aussi que les autorités genevoises, dans cette affaire, sont passées outre la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Tripoli reproche en outre a la justice d'avoir obligé le versement d'une caution bien trop élevée de 500 000 francs pour la libération des époux Kadhafi.

La Libye regrette enfin que la justice ait refusé d'instruire une plainte pour vol déposée par le couple Kadhafi quelques jours avant son arrestation. Pour tous ces écarts présumés, le couple réclame à l'Etat de Genève 474 477 francs pour dommage matériel et un dédommagement pour tort moral de 50 000 francs.

Hannibal et son épouse Aline ont été arrêtés l'été dernier dans l'hôtel où ils logeaient après avoir fait l'objet d'une plainte de deux de leurs domestiques, qui les accusaient de maltraitance. La police genevoise est intervenue avec une vingtaine d'hommes dans le palace où ils logeaient pour les interpeller.

Froid diplomatique

Depuis cette arrestation qui a fait beaucoup de vagues, les relations entre la Suisse et la Libye sont au plus bas. Tripoli a exigé à plusieurs reprises des excuses de la part des autorités helvétiques, essuyant à chaque fois un refus poli. La Libye empêche par ailleurs deux ressortissants suisses de quitter son territoire.

Interrogé par l'ATS, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué mercredi qu'il prenait acte du dépôt de la plainte civile. «La justice genevoise est saisie de ce cas et c'est une bonne chose», a déclaré Lars Knuchel, porte-parole de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey.

Démarches tous azimuts

La cheffe de la diplomatie suisse s'est impliquée dans le règlement de ce différend entre la Suisse et la Libye. Un dénouement avait failli être annoncé en marge du Forum économique mondial (WEF) en janvier dernier à Davos. Mme Calmy-Rey y avait rencontré Saif al- Islam Kadhafi, un des fils du colonel.

Le dépôt de cette plainte éloigne un peu l'affaire du champ diplomatique. Elle permet au DFAE d'invoquer la séparation des pouvoirs en Suisse et de s'en remettre à la justice.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!