Suisse: Plainte pour torture contre le procureur du Bahreïn
Actualisé

SuissePlainte pour torture contre le procureur du Bahreïn

Ali Bin Fadhul Al-Buainain est visé par une plainte pénale pour torture déposée par un Britannique auprès de la justice bernoise.

La justice bernoise a été saisie du dossier.

La justice bernoise a été saisie du dossier.

Un citoyen britannique né au Bahreïn a déposé une plainte pénale pour torture auprès des autorités de poursuite du canton de Berne contre le procureur général du Bahreïn Ali Bin Fadhul Al-Buainain. Cela coïncide avec la visite de ce dernier à Zurich pour une conférence de l'Association internationale des procureurs.

Jaafar Al-Hasabi a été détenu et torturé en 2010 au Bahreïn. Malgré les inquiétudes exprimées par les Nations Unies sur sa détention secrète et les risques de tortures qu'il encourait, le bureau du procureur général du Bahreïn a prolongé à deux reprises l'incarcération, a annoncé mardi dans un communiqué le Centre européen pour les droits constitutionnels et humains (ECCHR).

Aujourd'hui résident à Londres, M. Al-Hasabi a déposé une plainte auprès des autorités de poursuite du canton de Berne avec le soutien de quatre ONG : l'ECCHR basé à Berlin, REDRESS et le Bahraini Institute for Rights and Democracy (BIRD) basés à Londres, ainsi que TRIAL (Track Impunity Always) à Genève. Le Ministère public de Berne - Mittelland a confirmé à l'ats avoir reçu la plainte et dit étudier le cas.

Les ONG appellent les autorités suisses à ne pas utiliser de prétextes diplomatiques, politiques ou économiques. Elles exigent du procureur général bernois d'ouvrir une enquête, comme le prévoit la Convention contre la torture, à laquelle la Suisse est partie.

Respecter la Convention de l'ONU

«C'est une occasion pour les autorités suisses de prouver qu'elles prennent au sérieux la Convention des Nations Unies contre la torture et d'appliquer leur législation pénale en conséquence: l'arrestation du procureur général bahreïni, ainsi que l'ouverture d'une enquête sur cette affaire, constitueraient des messages clairs contre la torture et en faveur du principe de compétence universelle», a affirmé Wolfgang Kaleck, le secrétaire général d'ECCHR.

Si les autorités suisses manquent à leur obligation d'ouvrir une enquête contre le procureur Al-Buainain, M. Al-Hasabi et les quatre ONG seront en mesure de contester une telle décision devant les juridictions compétentes, précise le communiqué.

Ali Bin Fadhul Al-Buainain est actuellement en visite à Zurich pour une conférence de l'Association internationale des procureurs, dont il est candidat à la vice-présidence. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion